RSS
RSS




Partagez| .

"Comme des poissons dans le bac à sable" [Kim Saejin / Yukimura Kaito / Park Jae-Hwa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Section Economie

Popularité :
84 / 10084 / 100

Niveau : Première année
Métier : Chanteur / Étudiant
Age : 21
Messages : 77
Won : 175

MessageSujet: "Comme des poissons dans le bac à sable" [Kim Saejin / Yukimura Kaito / Park Jae-Hwa] Sam 19 Déc - 19:49

C’était une fraîche journée de décembre. La météo annonçait de la neige pour les prochains jours. Un Noël blanc. Park Jae-Hwa avait toujours aimé les paysages enneigés. Humer le parfum de la nature aux porte de l’hiver lui rappelait son pays natal, le Canada. La nostalgie n’était guère un sentiment qui détenait une place dans son coeur. Le jeune garçon gardait essentiellement de doux souvenirs agréable de son enfance. Il pensait que c’était le meilleur regard à poser sur le passé. En attendant les premiers flocons, une dernière journée ensoleillée d’automne éclairait le ciel de Séoul. À travers les vitres des salles amphithéâtre de la Young-Nae University, les rayons de l’astre incandescent narguait les étudiants enfermés. Ils leurs promettaient lumière et chaleur, les faisaient saliver d’envie de liberté pour profiter d’une de ces dernières journées d’éclat avant d’entrer en hibernation. Puis, lorsque les vulnérables jeunes êtres humains se réjouissaient de la fin de leur dur labeur cérébral, que, le coeur vaillant, ils franchissaient la porte salvatrice vers un monde meilleur, la morsure du froid les prenaient soudainement à la gorge tandis que le soleil riait de les avoir duper de la sorte.

Park Jae-Hwa faisait partie de ce groupe d’étudiants dont la journée de cours s’achevait en ce milieu d’après-midi. Il ne fut guère victime de la différence de température grâce à la prévenance de ses soeurs. Liwei lui avait récemment acheté une écharpe bien chaude et le lendemain, Sunny lui faisait endosser une nouveau manteau fourré de plume d’oie. Quant à Hera, elle lui avait fait envoyé un bonnet, mais il ne le coiffait pas encore bien qu’il le conservait toujours sur lui dans son sac ou ses poches. Le garçon pensa leur acheter quelque chose en retour, cependant, niveau vestimentaire, il doutait de parvenir à faire des choix judicieux. Peut-être pourrait-il demander à une autre fille de le conseiller ? Mais qui ?

Alors qu’il marchait en direction de la place centrale du village étudiant, les yeux du jeune homme balayèrent tout autour de lui. Il était connu de tous désormais, ou presque, mais lui ne connaissait que très peu de monde. Il savait que les autres étudiants l’observaient, à distance. Jae-Hwa était facilement abordable, et pourtant, les gens ne semblaient le percevoir de cette façon. Le fait d’être le petit-fils de la Directrice Gu n’y était sans doute pas pour rien. Et sa popularité récente lui donnait presque l’impression que ce fossé avait été creusé. Rares étaient les gens qui continuaient de lui parler naturellement sans tenir compte qu’il était un chanteur sur la voie du succès. Or, le jeune homme lui même n’avait guère conscience de cette réalité qui s’apprêtait pourtant à chambouler sa vie. Au final, en-dehors de sa famille, la seule personne au sein de l’Université qui semblait continuer à poser sur lui un regard sincère et indifférent s’avérait certainement être Kim Saejin, Mademoiselle Catastrophe, la cascadeuse-pâtissière des escaliers avec laquelle il appréciait passer du temps et discuter à toute simplicité.

Arrivé à la fontaine, Park Jae-Hwa s’arrêta. Il leva les yeux vers le ciel dégagé où brillait fièrement le soleil. Un léger sourire se peignit sur ses lèvres. Le garçon n’avait nulle envie de retourner à la résidence où il serait seul, puisque ses soeurs qui n’avaient pas les mêmes TD qui lui étaient encore en cours. Une bourrasque d’air frais s’infiltra à travers ses vêtements. Un bref frisson parcourut son échine. Jae-Hwa eut alors une pensée pour Liwei. Elle qui n’avait toujours vécu à Singapour, elle risquait de trouver son premier hiver en Corée du Sud particulièrement glacial. Plus accoutumé aux souvenirs des hivers vigoureux, le garçon lui profiterait bien de cette fraîche mais belle journée… Des étudiantes vinrent alors l’interrompre pour lui demander de prendre une photographie avec elle. Il accepta. Puis, un autre élève s’empressa de venir leur formuler des remontrances. Il est vrai que la Directrice Gu avait été formelle. À l’exception du Byeongari Bar, nul n’était autorisé à considérer les personnalités célèbres de son école comme autrement que des étudiants. Les jeunes célébrités devaient pouvoir venir étudier au sein de la Young-Nae University en toute quiétude et sur un pied d’égalité avec les autres. C’était là, l’un des arguments destinés à attirer les noms célèbres dans son université.

Le jeune continua alors son chemin. Il passa devant le tableau d’affichage sur lequel une affiche publicitaire pour les activités du Parc Namsan attira son attention. Peut-être pourrait-il aller y faire un tour ? Mais tout seul… Il sortit son téléphone portable pour feuilleter ses contacts, lorsque, le hasard fit qu’il tourna machinalement la tête vers la personne qui venait de s’arrêter pour jeter un regard sur le panneau d’affichage à quelques pas de lui.

« Oh ? Kim Saejin ?  s’étonna-t-il légèrement avant de sourire. Comment vas-tu ? »

Ses yeux se reportèrent ensuite vers l’affiche en face de lui, puis vers la fille et à nouveau l’affiche qu’il désigna du doigt.

 « J’ai envie d’aller me promener, ça te dirait de m’accompagner pour profiter de cette journée ensoleillée ? »

S’il lui laissa vraiment le choix, ce fut difficile à dire. Quoi qu’il en soit, un petit moment plus tard, les deux étudiants s’engageaient dans les allées du Parc Namsan à l’entrée duquel le chauffeur du petit-fils du Fondateur Park les avaient déposés. Jae-Hwa n’aimait pas se faire conduire. Il préférait amplement la simplicité des transports en commun, voire du vélo ou de la marche à pieds. Cependant, pour le moment, son agent comme ses grands-parents lui avaient vivement conseillé de ne pas « errer » dans les rues et transports de la sorte.

Dans les allées du parc, il eut bien quelques personnes qui les dévisagèrent, des messes basses qui s’interrogèrent quant à l’incertitude de l’avoir reconnu ou de se méprendre, mais Jae-Hwa ne remarqua rien de tout cela. Pour le moment, c’était essentiellement sa voix et lui nom associé qui était connu. Son visage était certes paru dans les magazines — notamment grâce à un certain Yukimura Kaito plus célèbre encore… —, néanmoins, sa notoriété s’avérait trop récente pour être aisément reconnu à chaque coin de rues.

Avec la lente descende de l’astre flamboyant dans le ciel, la fraîcheur caressant leurs joues ne fit de plus en plus piquante. Les yeux du garçon se posèrent sur la jolie brune l’accompagnant :

« Tu n’as pas trop froid ? Nous devrions peut-être aller à l’intérieur ? »

Il lui montra les bâtiments qui se dessinaient au loin par-delà les arbres aux branches dénudées de leur feuillage.

« L’aquarium est juste là, mais si tu préfères, nous pouvons aller jusqu’au musée des ours en peluches au pied de la Tour ? » lui suggéra-t-il en la laissant choisir ce qui lui faisait le plus envie.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Sciences

Popularité :
35 / 10035 / 100

Niveau : Première année en Sciences.
Métier : Etudiante.
Age : 21
Messages : 23
Won : 44

MessageSujet: Re: "Comme des poissons dans le bac à sable" [Kim Saejin / Yukimura Kaito / Park Jae-Hwa] Jeu 24 Déc - 20:23

Un léger bruit vint raisonner à mes oreilles, et j'ouvrais de grands yeux tandis que je reprenais mes esprits. Tournant la tête de gauche à droite, j'en cherchais la source, quand je me rendis compte que le stylo avec lequel je jouais machinalement depuis tout à l'heure venait de me glisser des mains et roulait désormais sous la table de mon voisin. Ah bah bravo, franchement ! Saejin, c'est comme ça que tu suis les cours ? C'est comme ça que tu comptes réussir ? En rêvassant tandis que les autres prenaient des notes frénétiquement ? Le professeur, interloqué, tourna le regard vers moi, peu habitué à ce zèle de ma part, et je baissais les yeux, honteuse, tandis que mes joues se pâmaient de rose. Je n'avais jamais été tir au flanc. Encore moins quand il s'agissait d'étudier, et mes cours étaient toujours passé avant le reste. Seulement, dernièrement, mon esprit semblait ailleurs. Était-ce l'approche des fêtes de fin d'année ? Pourtant je n'avais jamais été friande de ce genre de choses. Souvent, c'était le moment où l'on m’exhibait comme un morceau de viande à des soirées de grandes envergures, en quête d'un potentiel mari. Chose qui m'horripilait. Mais je n'avais jamais objecté, restant souriante et obéissante au moindre caprice de mes parents, telle la poupée de cire bien élevée qu'ils avaient fait de moi. 

Alors quoi, c'était les garçons ? Intérieurement, je me mis à sourire. J'avais souvent regardé des films et dramas, où quantités de mères étaient persuadées que leurs filles étaient accaparées par la gente masculine. Qu'elles ne pensaient qu'à eux, ce qui expliquait la baisse de leurs notes. Mais ça n'avait jamais été mon cas. Il fallait dire que jusqu'en début d'année, les seuls hommes que je fréquentais, c'était les domestiques. Et puis de toute façon, il était bien improbable qu'un jour ma soi-disant mère daigne me poser ce genre de question intéressée. A vrai dire, elle se fichait pas mal de ma réussite. Tout ce qu'elle voulait, c'était un gendre. Mais mon manque de concentration, aujourd'hui, était bien causée par eux. Deux d'entre eux à dire vrai, Yukimura Kaito et Park Jae-Hwa. Comment avais-je pu me fourrer dans pareil traquenard ? Comment avais-je pu sympathiser avec eux, sans les reconnaître, et ensuite me faire traiter de la sorte ? Je connaissais le sentiment de jalousie, ayant moi-même jalousé quantité de personnes, surement moins fortunés que moi, mais à qui il était facile d'aimer. Et qui étaient aimés en retour. Mais comment une simple rumeur, complètement fausse, avait pu prendre cette ampleur ? Je ne comprenais pas.

J'avais essayé d'analyser maintes et maintes fois le problème, sous différentes coutures, mais les relations humaines n'étaient pas aussi simples à résoudre qu'une équation. Il n'y avait pas qu'une solution. Alors j'avais abandonné, préférant me concentrer sur autre chose. Du moins, pendant un temps. Mais ce matin, lorsque j'avais failli me prendre un seau d'eau en pleine figure dans les toilettes des filles, je m'étais remise en question. Seulement, je ne voyais pas mon tord. Je ne comprenais pas ce que l'on me reprochais. Alors oui, certes, j'avais parlé avec deux célébrités, je l'admettais. Et oui, j'avais apprécié leur compagnie. Mais où était le mal ? N'avaient-ils donc pas le droit d'approcher une quelconque femme ? Ou n'étais-je pas assez bien pour eux ? Mon cœur se serra à cette interrogation, et un infime soupir passa la barrière de mes lèvres. Bien sur que je ne les méritais pas. Mais je n'avais jamais prétendu le contraire, et aux dernières nouvelles, nous n'étions pas amis. Bien que parfois, j'ai l'impression de compter aux yeux du petit fils de la directrice. Surement était-ce l'une de mes élucubrations intérieures... 

Secouant la tête, je me baissais pour ramasser mon stylo tandis que le professeur nous donnait quartier libre, puis rangeais mes affaires avant de sortir. Le ciel entièrement dégagé nous laissait voir un soleil radieux dont les rayons brûlants irradiaient de toute part. Mais une fois dehors, force fut de constater que la température ne suivait pas. Rare étaient les hivers doux en Corée, j'aurais du m'en douter. Emmitouflée dans ma doudoune, je réajustais mon écharpe et chaussais mon bonnet muni d'un pompon. Il ne fallait surtout pas que je tombe malade. Pas parce que je n'aurais personne pour prendre soin de moi, non, mais parce que personne ne me prendrait les cours. C'était une évidence, mais le genre d'évidence à vous mettre le moral dans les chaussettes. Les seules personnes que je côtoyais et qui semblaient m'apprécier étaient Park Jae-Hwa, et Zhang Liwei. Et s'ils étaient d'une gentillesse sans faille, et que je ne doutais pas qu'ils me viennent en aide, ils étaient en section économie, malheureusement. Quant à Yukimura Kaito... Depuis quand prenait-on soin de son employée ? Non, je ne devais rien attendre de sa part. Même si je dois l'avouer, c'était celui auquel je pensais en premier, bien que je n'en comprenne pas la raison...

Mes pas me menèrent vers le tableau d'affichage devant lequel je m'arrêtais, avant de regarder de façon évasive la quantité d'annonces qui s'amoncelaient dessus. Mon regard fut happé par une affiche publicitaire du parc Namsan, et je la fixais un instant sans but, n'ayant personne avec qui me promener dans ce lieu. Surement trop occupée à lire, je n'avais pas fait attention à la personne à mes cotés et sursautais donc en entendant mon nom. Tournant vivement la tête, un beau jeune homme que je connaissais bien fit son apparition dans mon champ de vision. "Park Jae-Hwa !" m'exclamais-je à la fois surprise et décontenancée. Comment avais-je pu être dans la lune au point de ne pas le remarquer ? Mon comportement de ces derniers jours laissait vraiment à désirer il fallait croire... Mais il était dur de ne pas faire attention aux messes basses désobligeantes qui nous concernaient. Et si je ne voulais pas que cela m'affecte, si je me répétais sans cesse qu'ils ne me connaissaient pas, la douleur persistait, comme peu encline à me laisser tranquille. "Je vais bien, merci. Et toi ?" 

Interloquée, je le regardais tourner la tête de moi vers l'affiche, puis de l'affiche vers moi, avant qu'un sourire amusé ne fleurisse enfin sur mes lèvres. Cherchait-il ce qui avait retenu mon attention ? Apparemment pas. Et pourtant, c'est de la même affiche qu'il me parla. Je le regardais un instant sans comprendre, avant que mon cerveau ne se mette en route et me dise "réveille toi !". Je me mis alors moi aussi à faire des allers et retours du regard entre la fiche et lui, avant de me pointer du doigt, comme pour être sure que la question se posait bien à moi. "Je... Oui, je voulais justement aller y faire un tour, mais toute seule ce n'est pas très drôle..." Cependant, je n'eus pas le besoin, ou le temps, au choix, de finir, qu'il semblait que nous y allions. Et à vrai dire, ce n'était pas plus mal comme ça. Au moins, cela m'éviterait de trop parler et de raconter des conneries. Un chauffeur nous attendait à la sortie du Campus et nous conduisit jusqu'à destination. Si j'avais l'habitude du luxe, cela ne me dérangea pas. Cependant, lorsque nous fûmes à destination et que nous arpentâmes les allées du parc, les regards qui se tournèrent dans notre direction me laissèrent perplexe. Et si en acceptant, je n'avais fait que mettre de l'huile sur le feu à ma condition déjà précaire ? 

Un peu stressée, je ne remarquais même pas que mes mains commençaient à rougir et geler, ayant oublié mes gants comme une idiote le matin même. Ce n'est que lorsqu'il s'inquiéta de mon état que je pris conscience de la situation et que le froid vint me frapper de plein fouet, un frisson glacial parcourant mon échine. En temps normal, je n'aurais pas voulu faire ma rabat joie et n'aurait rien dit, quitte à avoir des engelures sur les mains, mais puisqu'il me proposait gentiment de continuer à l'intérieur... Mes yeux s'arrêtèrent sur l'aquarium à deux pas, me brusquant pour ne pas hâter le pas et me ruer à l'intérieur. "Pourquoi pas l'aquarium ? Je n'en ai encore jamais visité un. Nous pourrons nous réchauffer et admirer les fonds marins !" J'avais parlé d'une voix enjouée sans m'en rendre compte, mon esprit de petite fille ayant un instant reprit le dessus avant de me mordre la lèvre. Quand j'étais avec lui, il m'arrivait parfois de me voir agir comme une gamine. Tandis qu'avec un autre, c'était les piques que je ne pouvais pas retenir... Pourtant, ma première pensée avait été d'échapper à la morsure du froid, et également aux regards, supposant qu'il y aurait moins de monde à l'intérieur. 

Malheureusement, ce n'était pas le cas. Alors certes, c'était loin d'être bondé, mais tout le monde semblait s'être donné le mot, tant la température hivernale était basse. Le pire était surement que la plupart des gens présents semblaient être des couples. Je laissais échapper un petit rire stressé devant cette constatation avant de fourrer mon bonnet dans ma poche d'un geste crispé. Je n'avais pas vu une seule seconde cette sortie comme un rendez-vous, et ce n'en était sans doute pas un. Mais une étoile montante comme Park Jae-Hwa... N'aurait-il pas préféré être en meilleure compagnie ? Si moi j'adorais passer du temps en sa présence, peut être n'était-ce pas son cas ? Il était tellement gentil et prévenant... Mais sans doute n'était-ce pas non plus de la pitié. Je le voyais mal adopter ce comportement avec moi. Dans ce cas, avais-je le droit de prétendre qu'il m'appréciait ? Mes pupilles glissèrent une fois de plus dans sa direction, et, comme si sa vision m’apaisait, je me détendais tandis qu'un léger sourire ornait mon visage d'ordinaire si inexpressif. Nous nous arrêtâmes au guichet avant d'entrer au cœur de l'aquarium, et tandis que nous nous enfoncions dans les galeries bleutés où les poissons affluaient de toute part, mon comportement enfantin refaisait surface. Je me laissais alors aller, tournant un nombre incalculable de fois sur moi même les yeux brillants tandis que mes pas me guidaient ça et la, d'une vitre à l'autre, mon cerveau ne sachant plus où donner de la tête. "C'est magnifique !!" J'aurais pu continuer ainsi longtemps, mais la sonnerie de mon téléphone portable, dans ma poche, me ramena à la réalité.



grande iconepetite icone
I love your smile

LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Economie

Popularité :
90 / 10090 / 100

Niveau : Deuxième années d'Economie
Métier : Etudiant/Mannequin
Age : 22
Messages : 30
Won : 42

MessageSujet: Re: "Comme des poissons dans le bac à sable" [Kim Saejin / Yukimura Kaito / Park Jae-Hwa] Ven 25 Déc - 17:23

Après ses cours du matin, Kaito était allé à une séance photo pour une marque de vêtements d'hiver qui était censée lui prendre toute l'après-midi. Cependant, cette dernière se termina plus rapidement que prévu et le jeune héritier se retrouva seul dans son appartement sans vraiment savoir que faire.
Son logement était grand pour quelqu'un qui y vivait seul et il n'y avait jamais invité personne. Même son manager n'avait pas eu le droit d'y entrer. La décoration ne ressemblait pas à celle d'un étudiant mais plutôt à celle d'un décorateur d'intérieur.
Le tout était froid et impersonnel. Aucune chaleur humaine ne se dégager de ce lieu où pourtant une âme vivait. 

Assit sur son lit, Kaito regarder ses photos instagram. Il y avait de nombreuses personnes qui le suivaient, il ne pouvait donc pas se permettre de mettre n'importe quoi. Il devait créé un lien entre ses fans et lui-même, ainsi il s'était abonnée à de nombreuses personnes et aimé mécaniquement leurs photos sans jamais vraiment les regardaient. Lorsqu'il tomba sur sa dernière image, un sourire étira ses lèvres. Non pas parce qu'il se trouvait incroyablement beau sur cette photo mais car c'était Saejin qui l'avait choisi pour lui. Certes il lui avait un peu forcé la main en la faisant venir au campus mais elle avait finalement accepté de l'aider. Il était bien tenté de l'appeler une fois de plus mais ne trouva pas de raison pour le faire. Ne voulant pas céder à la tentation il posa son portable sur son lit puis se leva et se dirigea vers la cuisine pour se servir un vers d'eau. Son regard se porter toujours vers sa chambre.

 "Non. Je n'ai rien à lui dire." se dit-il avec conviction.

Il but rapidement son verre d'eau puis s'assit sur le canapé de son salon en croisant les bras. Décidément il s'ennuyait fermement. Il avait déjà étudié tous ses cours et avait rendez-vous avec son professeur particulier à 22h seulement. De plus il n'avait pas envie de sortir car il faisait froid. 
Son portable se mit à sonner et il se précipita vers sa chambre en se prenant les pieds dans le tapis. Cela ne l'arrêta pas et il finit par parvenir à prendre son téléphone. "Manager". Le garçon laissa échapper un soupir de mécontentement mais décrocha quand même. 

"Park Jae-Hwa ? Je vous l'ai déjà dit, je n'ai pas l'intention de passer intentionnellement du temps avec lui. Les magazines ont suffisamment parlé de notre..."Bromance"." lança-t-il avec mécontentement.

Il n'aimait pas ça. Certes il aurait pu se trouver dans une fausse Bromance avec quelqu'un de pire que le beau-fils de son principal client mais c'était tout de même agaçant de voir dans les journaux des rumeurs qui couraient sur leurs relations. Il était maintenant obligé de se montrer particulièrement amicale avec lui en public.

Le manager continua à parler mais le garçon ne l'écouta que d'une oreille. Il bailla et retourna dans le salon, passa dans la cuisine, puis retourna dans le salon. Lorsqu'il était au téléphone il bougeait dans tous les sens. Il se stoppa net lorsqu'un prénom auquel il ne s'attendait pas fit irruption dans la conversation.

"Kim Saejin ?" répéta-t-il. "Quel rapport avec elle ?" Subitement il était sur la défensive. 

Il ne voyait pas en quoi son manager pouvait se soucier d'elle ni pourquoi il le faisait. Il s'occupait seulement de sa carrière et des rumeurs qui l'entoure. En quoi Saejin était-elle concernée ?

"Comment ça des rumeurs sur elle ?" dit-il surprit.

Son manager lui apprit que le nom de Saejin se répéter de plus en plus. Il ne savait pas pourquoi mais tout n'était pas positif. Se pourrait-il qu'elle ait des soucis à cause de lui ? C'était sans doute cela. Après tout elle ne devait pas connaître pleins de célébrité. Les rumeurs devaient être faibles car Kaito n'en avait jamais entendu parler mais il avait bien l'intention de les stopper net, mais pour le moment il ne savait pas vraiment comment faire.

 Une fois qu'il eut raccroché au nez de son manager dernier y était habitué et ne le rappela pas appuya sur la touche 1 de son portable. Il n'avait pas l'intention de dire à la jeune fille ce qu'il savait mais voulait entendre sa voix pour savoir si tout aller bien. Avec un peu de chance elle n'avait pas entendu les rumeurs la concernant.

 "Où es-tu ?" dit-il simplement lorsqu'elle décrocha.


Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Economie

Popularité :
84 / 10084 / 100

Niveau : Première année
Métier : Chanteur / Étudiant
Age : 21
Messages : 77
Won : 175

MessageSujet: Re: "Comme des poissons dans le bac à sable" [Kim Saejin / Yukimura Kaito / Park Jae-Hwa] Ven 25 Déc - 20:40

La réponse de la jolie réjouie Jae-Hwa tout autant qu’elle l’étonna. La perspective de visiter l’aquarium souterrain du parc lui plaisait. L’atmosphère paisible qui pouvait se dégager des fonds marins artificiels convenait parfaitement à sa personnalité, à la fois intrépide et d’un flegme indéniable. L’amour des aquariums s’avérait être un point commun que le jeune homme partageait avec son beau-père et sa soeur cadette, Hera. Sans doute, la petite princesse avait-elle hérité cet engouement de son géniteur, quoi qu’il en soit, la contemplation des poissons et mammifères marins était l’un des rares moments où elle se tenait tranquille et ne pipait guère mot. Le ton presque enfantin de Kim Saejin lui fit penser à sa cadette lors de leur toute première excursion au S.E.A. Aquarium sur Sentosa Island à Singapour. Ce fut presque s’il ne réprima pas le réflexe instinctif de la prendre par la main, comme Hera aimait depuis se prendre à son bras chaque fois qu’ils se rendaient à l’Aquarium ensemble, en famille ou juste tous les deux quand elle parvenait à le kidnapper à l’insu de ses soeurs.

Quant à son étonnement, sa source ne fut nulle part que d’apprendre que la jolie brune n’avait jamais visiter un Aquarium. Cela lui semblait assez inconcevable, du moins pour une personne qui en avait les moyens bien sûr. Une telle activité était particulièrement courante pour les sorties en famille. Il ignorait à quel point la famille de Kim Saejin pouvait être différente de la sienne.

« Vraiment ? s’étonna-t-il donc légèrement, le visage éclatant d’une douce chaleur. Hâtons-nous donc d’y remédier ! »

Quelques minutes plus tard, les deux jeunes étudiants se retrouvèrent donc à l’entrée du bâtiment abritant le parc aquatique souterrain. L’attente au guichet ne fut pas longue. Vraisemblablement, ce moment de la journée s’avérait plutôt paisible quant à l’affluence de visiteurs. Néanmoins, ces minutes suffirent pour que quelques paires d’yeux se posèrent sur le nouveau chanteur en vogue. De nouvelles messes basses se murmurèrent. Des adolescentes se demandaient si elles ne se méprenaient pas. L’une sortie son smartphone pour vérifier une photographie du chanteur sur le net. À la fois sûre d’elles et incrédules, un trio de lycéennes entreprit discrètement de prendre leur nouvelle idole en filature.

Dans sa bulle comme l’océan était aux poissons, Park Jae-Hwa ne remarqua toujours pas cette agitation balbutiante autour de lui. Il déambulait d’un pas serein et apaisé, admirant les fonds marins artificiels et leur population, bel et bien réelle. L’étudiant retombait alors dans ses travers en oubliant presque la personne qui l’accompagnait. Il s’arrêta pour observer un bassin de poissons tropicaux lorsque la voix époustouflée de la jolie brune lui rappela sa présence dans un imperceptible sursaut. Son regard se posa alors sur Saejin et Jae-Hwa ne put réprimer le franc sourire qui s’épanouit sur ses lèvres à la vue de son amie qui semblait presque subjuguée.

« La prochaine fois, nous pourrions visiter le COEX Aquarium, il paraît que c’est un des plus beaux du pays ! » lui suggéra-t-il tout naturellement.

Leur échange fut alors interrompue simultanément des deux côtés. Jae-Hwa n’entendit pas la sonnerie du téléphone de Kim Saejin décrochant, car abordé par le trio de lycéennes qui décidèrent de profiter de ce moment de stagnation pour en avoir le coeur net.

« Excusez-nous… Vous êtes bien Park Jae-Hwa, le chanteur ? »

Le jeune homme confirma et leur demanda ce qu’il pouvait faire pour elles. Des gémissements aiguës émanèrent alors de la gorge des demoiselles. L’une dégainait son smartphone tandis qu’une seconde s’accrochait déjà à son bras en lui demandant une photo. Quant à la troisième, elle sortait précipitamment son agenda de son sac d’école pour quérir un autographe. Le chanteur accepta bien que quelque peu débordé par l’enthousiasme de ses demoiselles. Toutes les trois autour de lui, ils prirent un selfie avant qu’il ne leur signe à chacune un autographe dans leurs agendas.

Cet interlude passé, Jae-Hwa se retourna vers Saejin :

« Kim Saejin, il y a des hippocampes là-b… »

Il s’interrompit alors en la découvrant au téléphone et lui adressa un signe muet d’excuses, puis attendit qu’elle ait fini sa conversation.

« Tout va bien ? » lui demanda-t-il une fois qu’elle ait raccroché alors qu’elle lui parut quelque peu troublée.

Il la prit ensuite doucement par le poignet pour l’emmener à sa suite.

« Ne te tracasse pas trop et profite de ta toute première visite dans un aquarium. Viens, l’environnement aquatique est parmi les meilleurs pour se vider l’esprit ! »

Comme évoqué un peu plutôt, il la conduisit jusqu’à un bassin où parmi lesquels nageaient une cavalerie d’hippocampes. En des points disparates déambulaient des chevaux de mers rares, de toutes les couleurs, du rouge au bleu en passant par le violet. Si l’armada était de petites tailles, certains spécimen atteignaient les trente centimètres.

« Regarde, il y en a un vert dissimulé dans les algues là, lui désigna-t-il l’as du camouflage du doigt, libérant alors son interlocutrice de l’infime entrave insouciante et naturelle de sa main. Ma petite soeur aime beaucoup les aquariums et les hippocampes font partie de ses créatures marines favorites. Sans doute compense-t-elle dans l’attente que son père lui offre un véritable cheval bel et bien terrestre. »

Jae-Hwa raconta cette anecdote avec un sourire affectueux à l’égard de sa cadette. Zhang Hera était ce qu’elle était, mais son grand frère l’aimait et se sentait sans doute d’autant plus protecteur et attendrit qu’il souhaitait pouvoir remplir son rôle d’ainé à l’instar de celui que Rina avait endossé pour Sunny et lui.

« Et toi, est-ce que tu as un frère ou une soeur ? »
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Sciences

Popularité :
35 / 10035 / 100

Niveau : Première année en Sciences.
Métier : Etudiante.
Age : 21
Messages : 23
Won : 44

MessageSujet: Re: "Comme des poissons dans le bac à sable" [Kim Saejin / Yukimura Kaito / Park Jae-Hwa] Sam 9 Jan - 15:10

Rien qu'un instant, j'avais oublié la réalité. Qui j'étais, mes obligations, avec qui je me trouvais... Même les regards des autres ne m'atteignaient plus. Comme si une barrière invisible s'était dressée l'espace d'une seconde entre eux et moi. Une bulle chaude et conviviale dans laquelle j'évoluais les yeux brillants, avides de découvertes et ravis de voir tant de merveille derrière ces murs de glace. Ces derniers jours, j'avais eu tant besoin de m'évader... Et aujourd'hui, sans m'en rendre compte, j'avais réussi à effacer de ma mémoire tous ces moments désagréables. J'étais avec Park Jae-Hwa, oui, et alors ? C'était quelqu'un que j'appréciais, et je ne comptais pas me séparer de lui pour les beaux yeux de quelques fans. Des rumeurs non fondées circulaient à mon égard, et j'avais failli être bizuté le matin même ? Je ne m'en souvenais plus. Un tsunami était passé dans mon esprit, balayant tout sur son passage. Tout ce qui importait, c'était que là, maintenant, j'étais heureuse. Je souriais à pleine dents, chose peu commune et continuais à m'extasier sur les fonds marins. Avaient-ils réussi à apaiser les tourments de mon âme ? Qui sait ? Une chose était sure en tout cas, j'étais sereine. Surement qu'en sortant de l'aquarium tout à l'heure, la réalité me frapperait de nouveau de plein fouet. Mais je ne voulais pas y penser. Je voulais juste... Continuer de m'évader dans cet océan de bleu. Mon accompagnateur supposa même que nous puissions faire une autre sortie de ce genre, et une sensation de chaleur mêlée au bonheur enserra mon cœur. Alors il m'appréciait ? Avais-je le droit d'y croire ?

Une musique familière parvint cependant à mes oreilles, et je reprenais mes esprits avant de chercher mon téléphone portable dans ma poche de manteau. Surprise de l'entendre sonnée, je le fus encore plus lorsque le nom de Yukimura Kaito s'afficha sur l'écran lumineux. Pourquoi m'appelait-il ? Voulait-il me voir ? A cette pensée mon estomac se tordit tandis que mon cœur entama une course plus rapide que d'ordinaire. Je ne savais pourquoi cet homme avait la capacité de faire réagir mon corps aussi bizarrement à la simple vue de son nom, mais cette sensation n'était pas désagréable, au contraire. Passant négligemment une mèche de cheveux rebelle derrière mon oreille, je décrochais le cœur au bord des lèvres. Mais à peine eus-je le temps d'ouvrir la bouche que déjà la voix de mon interlocuteur résonnait au bout du fil. Où je me trouvais ? Papillonnant des yeux, je regardais autour de moi, un peu sonnée. Comment avais-je pu oublier où je me trouvais ? Non mais décidément, ressaisi toi Saejin ! Mon regard accrocha la silhouette de l'étoile montante qui me servait de guide en ce lieu, et je détournais vite les yeux en me rendant compte qu'il était occupé avec d'autres filles que je ne connaissais guère. "A l'aquarium du Parc Namsan !" répondis-je précipitamment, autant pour faire comme si je n'avais rien vu que pour éviter qu'il ne me cri dessus parce que j'avais prit trop de temps à lui dire où je me trouvais. 

Je ne su d'ailleurs s'il me répondit ou pas, car Park Jae-Hwa, en ayant fini avec ces demoiselles, qui s'avéraient apparemment être des fans, vu leur comportement, s'adressa à moi, n'ayant pas vu que j'étais au téléphone. Il s'excusa d'ailleurs, et lui souris pour lui assurer que ce n'était rien, avant de me reconcentrer sur la conversation. "Pardon, tu disais ?" Mais aucune réponse n'arriva à mes oreilles, et pour cause : la conversation avait été coupée ! Enfin, coupée... Il m'avait raccroché au nez, oui ! Décidément, je ne le comprendrais jamais. Pourquoi diable m'appelait-il si c'était pour ne pas m'écouter et me claquer la porte au nez la seconde d'après ? Enfin, façon de parler. Perplexe, les sourcils légèrement froncés, je raccrochais en soupirant, légèrement habituée à ce qu'il ne pense qu'à lui. Le pire, c'était que ça me dérangeait de moins en moins. Le jeune homme à mes cotés me demanda si tout allait bien, et je lui souris au mieux. "Oui, c'est juste que... La conversation a été interrompue." Ce n'était pas un mensonge, et de toute façon, il ne savait pas qui était au bout du fil. Mais... Je n'avais pas envie d'avouer que le fait qu'une certaine personne m'ait raccroché au nez m'affecte plus qu'autre chose. J’acquiesçais donc à sa phrase réconfortante, et essayais de me vider de nouveau l'esprit comme tout à l'heure. Après tout, il avait raison, c'était ma première visite dans un aquarium, et je comptais bien en profiter !

Ce n'est qu'alors que je me rendais compte qu'il m'avait prit par le poignet et m’entraînait à sa suite. Si j'avais désormais plus ou moins l'habitude de son coté assez tactile, je ne pus cependant réprimer la rougeur qui vint pâmer mes joues. Je savais parfaitement que cela ne signifiait rien, mais je ne pouvais m'en empêcher. A vrai dire, si on me demandait ensuite de retourner où j'étais avant qu'il ne me conduise jusqu'au bassin des hippocampes, je ne saurais vers où me diriger. Tout ce que je savais, c'est qu'il avait les mains froides et douces, légèrement cornées au niveau du bout des doigts, signe qu'il jouait souvent de la guitare. Secouant la tête pour essayer d'arrêter d'y penser, je reportais mon regard sur la vitre et retenais alors mon envie de me coller à la vitre comme pour me rapprocher d'eux. Un sourire émerveillé se peignit sur mon visage rosé et je me mis à les suivre du regard dans leur nage dansante. L'idole pointa quelque chose un peu plus loin du doigt, et je me concentrais pour finalement voir apparaître le petit malin qui se cachait parmi les algues. "Ah oui, je le vois !" tapais-je des mains heureuse sans m'en rendre compte. "Vraiment ? Et bien je peux comprendre son intérêt, ils sont vraiment magnifiques et uniques." continuais-je en me tournant vers lui et lui souriant. "Ta sœur aime monter à cheval ? J'avoue n'avoir encore jamais fait d'équitation."

En temps normal, je n'étais pas du genre à jouer ma curieuse. Et je ne parlais pas souvent famille non plus. Mais le sourire qu'il arborait, si sincère et affectueux me donnait envie d'en savoir plus. J'étais sure qu'il était un grand frère aimant, et supposais qu'il tenait énormément à sa cadette. Comme le frère que j'aurais rêvé avoir... Si je la jalousais ? Peut être un peu. Mais j'étais également heureuse que cette inconnue surement adorable puisse bénéficier de ce qui m'avait tant manquer. Au moins aurait-elle eu quelqu'un sur qui s'appuyer si la vie avait été dure pour elle. La conversation dériva sur ma propre famille, et d'un seul coup, j'eus l'impression que la pièce semblait bien plus étroite et froide. Je m'efforçais cependant de paraître normal. "Non, je suis fille unique. Mes... Mes tuteurs ne peuvent pas avoir d'enfants." J'aurais voulu les appeler "parents" ne serait-ce que pour faire illusion. Je n'aimais pas qu'on me prenne en pitié, et je voulais encore moins que ce sourire que j'aimais tant ne disparaisse de ces lèvres pour une raison ou une autre. Mais il m'était impossible de mettre un tel mot sur ces individus que j'haïssais de tout mon être. "Enfin, je n'étais pas seule non plus..." essais-je de rattraper le coup par un autre mensonge. "Et puis maintenant, je t'ai toi !" laissais-je échapper sans le vouloir. 

Mes yeux devinrent ronds comme des billes, et je plaquais une main sur ma bouche tandis que mon visage prenait une teinte cramoisie non négligeable. "Je veux dire... C'est que... Tu sais... Tu es très prévenant et... Parfois j'ai un peu l'impression d'avoir un grand frère. Mais ce n'est que de temps en temps, hein, ne t'en fait pas, tu n'as pas à t'occuper de moi !" J'avais envie de disparaître au fond d'un trou. De fermer cette grande bouche qui ne servait à rien si ce n'est empirer la situation, et gommer ce qu'il venait de se passer, comme si l'histoire qui venait de se produire avait été écrite au crayon de papier. Mais je ne pouvais pas. Alors un rire nerveux s'échappa de ma gorge, et je me tournais dos à lui pour échapper à son regard, me dirigeant à grands pas vers un bassin en face pour lui échapper. "Ooooh, des raies manta ! ..." Quelle piètre actrice je devais être !



grande iconepetite icone
I love your smile

LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Economie

Popularité :
90 / 10090 / 100

Niveau : Deuxième années d'Economie
Métier : Etudiant/Mannequin
Age : 22
Messages : 30
Won : 42

MessageSujet: Re: "Comme des poissons dans le bac à sable" [Kim Saejin / Yukimura Kaito / Park Jae-Hwa] Sam 9 Jan - 19:22

Kaito allait lui dire que regarder des poissons dans une cage en verre n'était pas une activité passionnante et qu'elle ferait mieux de faire quelque chose de plus utile lorsqu'une voix un peu plus lointaine s'adressa à elle. Il s'agissait d'un homme dont l'intonation sembla étrangement familière à l'oreille de l'héritier. Cependant il fut si surpris de savoir Saejin en compagnie de quelqu'un d'autre qu'il ni prêta par spécialement attention et raccrocha le téléphone alors qu'elle était en train de lui parler. 

Pourquoi était-elle à l'aquarium avec un garçon ? Si elle avait voulu sortir elle aurait dû l'appeler lui ! À moins que... s'agissait-il d'un rendez-vous ? Non. Impossible. Si la jeune fille n'était pas tombé sous le charme de Kaito, comment aurait-elle pu chérir une autre homme ? Il n'existait que très peu de personnes au niveau de la jeune célébritée.

Sans vraiment réfléchir il se vêtit d'un manteau, d'un écharpe, d'un bonnet et de gants puis pris ses clés de voiture avant de partir. En moins de temps qu'il ne l'aurait fallu le garçon se retrouva dehors, en train de regarder le bâtiment qui se trouver devant lui.
 Aquarium du parc Namsam. 
Emmitouflé dans son manteau, et enroulé dans son écharpe, le froid n'atteignait le jeune homme qu'au niveau des yeux. Il se pressa tout de même de rentrer dans l'aquarium pour une tout autre raison. L'attente pour avoir un ticket ne fut pas lente mais agaçante malgré tout. Il avait du mal à croire que lui, Yukimura Kaito, faisait la queue et payé un ticket pour voir des poissons qui ne finiraient même pas dans son assiette. 

L'étudiant ne s'était encore jamais rendu dans un aquarium pour la simple et bonne raison qu'il n'en avait jamais eu envie ni l'occasion. C'était le genre de sortie que l'on faisait avec sa famille ou ses amis, or le jeune adulte ne voyait que rarement sa famille et n'avait pas vraiment d'amis. Et puis même. Cette ambiance froide et oppressante ne lui plaisait pas.

 Il avança dans l'aquarium sans vraiment profiter de sa visite. Il regardait les panneaux afin de trouver le lieu où se trouver les hippocampes. Il fallait faire vite sinon il risquait de perdre la piste de Saejin et de l'inconnu qui l'accompagnait. 
Tout en suivant le parcourt indiquer par des flèches, Kaito s’interrogea sur l'individu qui avait accompagné son assistante en communication. Était-il de Young-Nae University ? Était-il beau ? Riche ? Intelligent ? Intéresser par Saejin ? Qui avait invité qui ? Était-ce un véritable rendez-vous ? 

Mais où était-elle donc ?! L'aquarium était grand et sombre. Certain trouvé ça assez relaxant mais ce n'était pas le cas de Kaito. S'il voulait voir des poissons il pouvait se permettre de faire de la plongée dans les plus belles mers du monde au lieu d'être confiné dans un aquarium souterrain. 

Il retira son bonnet car il commençait à avoir un peu plus chaud mais garda son écharpe qu'il monta jusqu'à son nez pour cacher son visage. Il n'avait pas spécialement envie d'être vu ici, surtout qu'il n'avait pas de raison valable d'y être.

Décidément il ne pas trouver ces fichus hippocampes ! Il était passé devant des poissons avec des noms impossibles à prononcer mais il n'avait pas trouvé les chevaux de mers qu'il cherchait depuis une bonne dizaine de minutes.
Agacé, il s'adossa à un des aquariums en posant son avant bras dessus, fixant le sol. Lorsque ses yeux se relevèrent, il se trouva nez à ..."nez" avec un gros poisson bien laid qui le fixer avec de gros yeux globuleux.

"Je suppose que tu n'a jamais vu quelqu'un d'aussi beau que moi ici... je t'autorise à me fixer" dit-il au poisson qui aurait pu nourrir les habitants d'un petit immeuble à lui tout seul. "C'est quoi ton nom à toi ?.

Il regarda le panneau qui donnait des indications sur les choses qui se trouver dans ces bocaux géants et lus:


"Myoxocephalus Scorpius... Moi c'est Kaito. Par hasard tu ne saurais pas où se trouvent les hippocampes ? Ce n'est pas que je m'ennuie avec toi, hein..." dit-il en regardant le poisson sans véritablement attendre de réponse.

Cependant, ce dernier tourna ce qui lui servait de tête et longea la vitre comme s'il lui montrait quelque chose.

"Hippocampus." lu Kaito sur un panneau non loin en écarquillantles yeux. 

Sans attendre il se dirigea vers la salle et repéra rapidement Kim Saejin. Il s'avança vers elle mais se stoppa net lorsqu'il remarqua que le garçon qui était à ses côtés n'était nul autre que Park Jae-Hwa le chanteur. D'où se connais aient-ils ?! Il allait les interrompre mais les paroles qui sortaient de la bouche de Saejin l'empêchèrent pendant un instant de faire un pas.

"Et puis maintenant, je t'ai toi !" avait-elle dit bien trop spontanément "Je veux dire... C'est que... Tu sais... Tu es très prévenant et... Parfois j'ai un peu l'impression d'avoir un grand frère. Mais ce n'est que de temps en temps, hein, ne t'en fais pas, tu n'as pas à t'occuper de moi !" 

Prévenant ? Alors comme ça Monsieur Park Jae-Hwa était prévenant ?! Ça ressemblait beaucoup trop à un rendez-vous et la nouvelle starlette pouvait très bien séduire la jeune fille. Si ce n'était pas déjà fait.

"Ooooh, des raies manta ! ..." ajouta-t-elle maladresse.

Kaito leva les yeux au ciel. Elle n'était décidément pas douée pour cacher ce qu'elle retentait. La voir ainsi, les joues roses, agacé l'héritier. 
Il s'avança vers ses deux connaissances et s’immisça sans doute un peu trop brutalement entre eux.

 "Oh ! Park Jae-Hwa ! Kim Saejin ! Quelle surprise de vous trouver là...tous les deux !" s'exclama le garçon sur un ton plus ou moins faux.


Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Economie

Popularité :
84 / 10084 / 100

Niveau : Première année
Métier : Chanteur / Étudiant
Age : 21
Messages : 77
Won : 175

MessageSujet: Re: "Comme des poissons dans le bac à sable" [Kim Saejin / Yukimura Kaito / Park Jae-Hwa] Dim 10 Jan - 20:54

Qui des humains ou des poissons observaient le plus l’autre ? C’était une très bonne question ! Et s’ils en voyaient passer toutes sortes d’énergumènes à longueur de journées, la poiscaille, qui se contentait de flâner sans but offrant un spectacle dit curieux ou apaisant à ces bipèdes déplumés obsédés du stress, elle avait assurément moyen de se payer de bonnes grosses marrades en les regardant ! Entre les têtes d’ahuris et les autres qui faisaient la gueule, encore mieux celui là-bas où ne saurait dire s’il essayait de communiquer avec une créature à écailles ou s’il voulait admirer son reflet à la surface du plexiglass ; les poissons avaient de quoi se divertir ! Et de leurs yeux globuleux, les plus avertis ne manquèrent certainement pas de surveiller ce duo qui s’annonçait prometteur !

Comme ils étaient mignons. Deux tourtereaux innocents tombés dans le bac à poisson qui souriait bêtement à la vue de pseudo chevaux-marins. Les humains ont quand même une sacrée imagination parfois ! Le narval, c’est une licorne des mers peut-être ? Ce qu’ils peuvent en dire comme conneries ! Et la jolie brune qui pourtant paraissait intéressante n’était pas en reste apparemment ! Et l’autre qui lui répond sérieusement… Les hippocampes espions en perdaient leurs crins imaginaires ! À quel moment en les regardant les sans-poils arrivaient à penser « poney » ? Pourquoi pas cravache temps qu’ils y étaient ! Quant aux chevaux terrestres, ils s’en étoufferaient probablement avec leur foin d’être associés à d’aussi étranges spécimens, qui, objectivement parlant, se targuaient d’une beauté douteuse !

« Je crois que ma petite aime surtout se sentir belle et fière lorsqu’elle est sur le dos d’un cheval. Mais disons qu’à Singapour, la place est restreinte pour les structures équestres. »

Plus petits, plus faciles d’entretien, les hippocampes remportent cette manche ! Ils s’en retournèrent fanfaronner de leur complaisance tandis que des poissons-carpettes tapis dans le sol continuaient des écouter ses risibles humains. Moment d’émotions, au milieu des méandres de l’eau de leur bassin artificiel, ils manquèrent de verser une larmichette.

L’attention de Jae-Hwa fut légèrement interpelée par la mention des tuteurs de Kim Saejin. Il ignorait qu’elle ne vivait plus avec ses parents. Il faut dire que ce n’était une question qui se posait couramment tant elle découlait d’évidence. Pourtant, certaines personnes sont parfois séparées de leur famille pour une raison ou une autre. Le jeune chanteur était bien placé pour le savoir. La vie avait séparé ses parents. S’il lui en restait toujours au moins un à ses côtés, voir les deux régulièrement semblait relever désormais de l’impossible. Il ne perdait pas confiance pour autant. Un jour, son père sortirait de prison et reviendrait vivre en Corée du Sud. Si Jae-Hwa retrouvait Rina, ensemble, ils pourraient batailler pour que la peine de leur père soit écourtée.

N’ayant guère l’esprit aiguisé en matière de tabou potentiel, le jeune homme ouvrit la bouche dans l’intention de l’interroger sur ses parents lorsque cette maladresse lui fut évitée par celle de Kim Saejin elle-même.

« Et puis maintenant, je t'ai toi ! »

Une bulle d’air s’échappa du sol sableux du fond du bassin à côté d’eux. Un poisson venait de s’en étouffer avec un caillou. Quant à Park Jae-Hwa, il resta bouche bée, un instant. Le temps de sentir une vague de chaleur lui monter aux joues. Il ne comprit pas vraiment cette variation de sa température corporelle, mais si son cerveau était trop lent, son corps lui réagit pour deux !

Puis, le jeune homme remarqua à quel point la jolie brune rougit et lorsqu’elle se perdit en bégaiement, les battements de son coeur s’apaisèrent. Il ne put s’empêcher de sourire, réprimant néanmoins son envie de rire qui aurait très certainement mis son interlocutrice encore plus mal à l’aise.

« Un grand frère ? répéta-t-il amusé. Je n’y verrais pas d’inconvénient, mais il faut savoir que s’implique aussi d’appartenir à une grande famille comportant déjà beaucoup de soeurs ! »

Jae-Hwa eut alors le geste naturel de vouloir poser sa main sur la tête de Saejin pour ébouriffer légèrement ses cheveux, comme il ferait à une petite soeur… Quoi que, il valait mieux être prudent et s’assurer que Hera soit dans des parfaites dispositions avant de se risquer à un tel geste. Mais bon, il était son « oppa », alors quand bien même, la très jolie brunette râlait, elle ne lui en tenait jamais vraiment rigueur. Cependant, dans la situation habituelle, sa main ne rencontra que le vide, car Kim Saejin n’ayant probablement pas vu son intention, avait déjà tourné les talons et s’éloignait à grands pas, clamant aux raies manta.

Le chanteur demeura inerte quelques secondes, légèrement décontenancé, puis, il rit légèrement avant de presser le pas pour la rattraper.

« Elles sont impressionnantes ! » s’exclama-t-il à la vue d’un spécimen géant qui effleura la vitre la séparant du couloir des visiteurs.

Et puis, alors qu’il contemplait l’imposante envergure de ses créatures maritimes, le précédent petit moment de confusion déjà effacé de son esprit, une voix familière les interpela. Jae-Hwa crut vraiment se méprendre et que ses oreilles lui jouaient un tour, pourtant ses yeux lui confirmèrent sa supposition :

« Yukimura Kaito ? » s’étonna-t-il à la vue du mannequin.

Décidément, il ne pouvait plus sortir de chez lui sans le croiser ? Le chanteur n’avait rien contre le nouvel arrivant, mais chaque fois que leur chemin se croisait, les rumeurs à leurs sujets redoublaient et ils se retrouvaient inexorablement dans la presse ou sur les réseaux sociaux. Jouer sur les scandales pour asseoir sa popularité ne lui plaisait pas. Jae-Hwa ne courrait pas après la célébrité, il voulait seulement être reconnu pour son talent. Malheureusement, le monde du show-biz ne fonctionnait guère de cette façon et il n’était qu’au début de ses découvertes et déconvenues.

 « Enfin, je devrais peut-être plutôt dire Hyeong ? »  fit-il référence à leur supposer bromance.

Le chanteur jeta un léger coup d’oeil autour de lui et se rappela avoir été repéré par quelques fans. Pas le choix, il allait devoir jouer le jeu demander par leurs agents respectifs. Il adressa donc une légère tape amicale sur l’avant-bras de son prétendu très bon ami. Peut-être aurait-il dû pousser le vice en lui témoignant une accolade plus représentative d’une fausse proximité mais il ne parvint pas à aller jusque là pour le moment.

 « Comment vas-tu, Hyeong ? Nous avions envie de nous promener un peu après les cours, répondit tout naturellement Jae-Hwa sans avoir l’impression de devoir se justifier de quoi que ce soit. J’aurais dû t’inviter, mais je ne savais pas que tu aimais les aquarium. Tu viens souvent ici… Tout seul ? »
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Sciences

Popularité :
35 / 10035 / 100

Niveau : Première année en Sciences.
Métier : Etudiante.
Age : 21
Messages : 23
Won : 44

MessageSujet: Re: "Comme des poissons dans le bac à sable" [Kim Saejin / Yukimura Kaito / Park Jae-Hwa] Sam 30 Jan - 12:53

Pourquoi Dieu -ou qui que ce soit d'ailleurs- avait-il créé la honte ? Ce sentiment si désagréable et dévastant, faisant en sorte de nous rendre encore plus visible quand nous ne désirions que nous cacher ? C'était horrible. Vraiment horrible. Et à cet instant même, tandis que mes joues étaient cramoisies et mes jambes, prêtent à sprinter pour mettre ne serait-ce qu'un peu de distance avec mon interlocuteur afin que je puisse respirer, je me maudissais. Pourquoi avait-il fallu que je sorte pareille ânerie ? Certes, c'était vrai ! Mais toute vérité n'était pas bonne à dire. Qu'allait-il penser de moi désormais ? Supposerait-il que j'étais comme l'une de ses fans ? Était-ce elles qu'ils appelaient "sœurs" ? Non, cent fois non ! Je ne voulais pas. Je n'étais pas quelqu'un qui aimait pour l'apparence, et, si après avoir découvert qui il était, j'avais par curiosité cherché ses chansons sur le net, je n'en étais pas pour autant devenue une groupie. Qu'on ne se méprenne pas, j'adorais vraiment sa voix, et avais même hésité à télécharger l'un de ses tubes pour le mettre en sonnerie. Mais... Pour moi, Park Jae-Hwa ne se résumait pas à un physique ou une voix. Il était quelqu'un de profondément gentil, toujours souriant et prévenant, qui arrivait à me mettre à l'aise et égaillait mes journées de sa présence. Alors non, je ne voulais pas être comparée à ces filles qui disaient le connaitre sans lui avoir jamais adressé la parole, et qui médisaient sur mon compte sans même savoir qui j'étais. Était-ce trop demandé ? 

Me retournant, prête à clarifier la situation, n'ayant pas prêté une seule seconde attention aux raies manta, je me stoppais néanmoins immédiatement, la bouche ouverte. S'il faisait sombre, si une écharpe lui couvrait la moitié du visage, et si la probabilité qu'il se trouve ici était quasi-nulle, j'étais sure et certaine de la personne qui me faisait face, comme si cela avait été une évidence. A qui d'autre pourrait être cette voix ? Cette allure fière et cette capacité insolente à s’immiscer sans gêne entre deux personnes ? Non, décidément, il n'y avait que lui ! A sa vue, mon cœur bondit, surement encore peu habitué à sa présence, et mes joues, encore rouges, redoublèrent de vivacité. Yukimura Kaito ! Mais... Que faisait-il là, au milieu des poissons ? Était-ce courant pour les célébrités de déambuler dans un aquarium ? Oh et puis peu importe ! Le fait est qu'il se tenait face à moi, et d'un seul coup, la réalité me frappa. Nous avait-il entendu ? Non, c'était impossible. Retourne à la réalité Saejin, il venait juste d'arriver. Me raclant la gorge, pour je ne sais quelle raison, je posais mes mains sur mes joues, dans l'espoir de refroidir ma température corporelle, apparemment peu encline à redevenir paisible. Voyait-il mon embarras ? J'espérais que non. Que cette semi-obscurité serve à quelque chose, je vous en prie. Mais au fond de moi, je savais que prier était peiner perdue. De toute façon, ce n'était pas comme s'il prêtait grande attention à ma personne, donc surement ne me détaillerait-il pas...

Tandis que mon cœur semblait ralentir sa course effrénée pour entamer un rythme plus basique, je regardais effarée le chanteur qui m'accompagnait l'appeler Hyeong et lui octroyer une petite tape amicale. Décidément, si ça continuait, mon cerveau allait finir par court-circuiter... Alors c'était vrai, ils entretenaient vraiment une bromance tous les deux ? Je m'étais refusée de croire à ces rumeurs, les pensant aussi fausses que celles courant à mon sujet, et ma crédulité étant d'ordinaire bien trop élevée, mais... Avais-je fait fausse route ? D'ailleurs, pourquoi cela m'avait-il paru si impossible ? Peut être que le caractère du mannequin n'était si bourru qu'en ma présence. Néanmoins, dans un geste instinctif, je me mis à les pointer du doigts tous deux avant de lâcher la question qui me brûlait les lèvres. "Alors c'était vrai, vous aviez vraiment ce genre de relation ?" Ma tête semblait ne plus pouvoir réfléchir correctement, et je ne savais si je devais être triste ou heureuse pour eux. Mais tandis que tout s'embrouillait dans mon esprit en une espèce de marmelade, sa salutation de tout à l'heure me revint en mémoire. "Comment ça quelle surprise ? Je t'ai dit tout à l'heure au téléphone où je me trouvais avant que tu ne me raccroches au nez !" Sans le vouloir, j'avais laissé échappé le fond de ma pensée, dans une mine boudeuse, encore peu encline à lui pardonner. Décidément, on pouvait dire qu'il avait le don de délier ma langue celui là... La prochaine fois, je penserais à me munir d'un rouleau de scotch. 

"Enfin, peut être ne m'as-tu pas entendu..." Je finis par soupirer. Pourquoi essayais-je de trouver des ponts là où il n'y avait que le néant ? Il n'aurait assurément pas pointé le bout de son nez ici pour voir l'une de ses employées. A quel point devrais-je encore me ridiculiser avant de comprendre ? C'était affligeant. J'aurais voulu faire comme s'il n'était rien pour moi, et m'éloigner en compagnie de Park Jae-Hwa, mais je n'en étais pas capable. Et puis, surement les gênais-je, maintenant qu'ils étaient ensemble... Enfonçant mes ongles dans mes paumes pour me forcer à sourire, voulant au moins faire illusion auprès de celui que je considérais comme un ami, je me rendis finalement compte que nous étions tous les trois. Oui, les trois personnes de la rumeur, réuni dans un aquarium, au milieu des couples... Tendais-je le bâton pour que l'on me batte ? Tout d'un coup stressée, mon corps se tendit à l'extrême, et je me mis à regarder autour de mois furtivement, cherchant des personnes susceptibles de lancer une quelconque rumeur. Mais les trois jeunes de tout à l'heure semblaient avoir déserté, et si là où nous nous trouvions, ce n'était pas désert, nous semblions cependant être assez loin pour que personne ne nous reconnaisse. Devais-je profiter de cette occasion pour fuir ? Non, ça n'aurait pas été correct envers celui qui m'avait invité... Dans ce cas, optimisons les chances de survie ! Mes yeux accrochèrent une salle qui semblait vide, et je la pointais du doigts. "Et si nous allions voir les requins ?" Si la perspective que Yukimura Kaito nous quitte pour amoindrir nos chances de nous faire remarquer était nulle, j'espérais au moins qu'il garderait cette écharpe bien en place. Seulement, en pénétrant dans la salle où ces prédateurs nous entouraient de toute part, je ne pus m'empêcher d'avaler ma salive. Telle une horde de requin affamée, si je me faisais prendre, leurs fans me dévoreraient toute crue...



grande iconepetite icone
I love your smile

LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Economie

Popularité :
90 / 10090 / 100

Niveau : Deuxième années d'Economie
Métier : Etudiant/Mannequin
Age : 22
Messages : 30
Won : 42

MessageSujet: Re: "Comme des poissons dans le bac à sable" [Kim Saejin / Yukimura Kaito / Park Jae-Hwa] Dim 31 Jan - 17:26

Si Kaito n'avait pas craint que ses fans se doutent de leurs supercheries, il aurait sans hésiter envoyé valsé la main du jeune chanteur qui avait osé le toucher. À la place, il lui donna une tape sur le bras, sans doute un peu plus forte que nécessaire, afin de répondre au geste amical de son...ami.

Hyeong. Et puis quoi encore ! Il était particulièrement désagréable pour l'héritier de faire semblant d'apprécier quelqu'un. La petite rock star ne lui avait inspiré, jusqu'à aujourd'hui, que de l'indifférence. Mais maintenant qu'il savait qu'il était ami avec Kim Saejin, la nonchalance de Kaito se transforma en quelque chose d'un peu plus désagréable dont il ne pas trouver le nom.

Observant son employé, Kaito remarqua qu'elle mit ses mains sur ses joues comme pour se refroidir. À la base il l'avait appelé pour voir si elle allait bien et si elle avait connaissance des rumeurs qui se propager, mais visiblement elle était bien trop occupé à séduire l'artiste avec ses jolies joues roses et ses grands yeux brillants pour s'en soucier. Sans doute les dérangeait-il et elle voulait surement qu'il s'en aille mais le garçon n'en fit rien.

Que pouvait-elle bien trouver à Parc ?! À part son physique avantageux, sa personnalité sympathique, son succès naissant et son porte-monnaie bien rempli il n'avait pas grand-chose. Ses musiques n'étaient pas trop mal non plus mais pas au point de devenir hystérique. 
Oui, Kaito avait écouté quelqu'une de ses chansons pour s'assurer que leur prétendu Bromance ne nuirait pas à son image. Mais n'allait surtout pas l'imaginait dans sa cuisine, chiffon en main en train de nettoyer la table en chantant "See my eyes, Neon nage ppajyeosseo OH See my eyes Néo nage banhaesseo Oh". 
Cette scène n'est arrivée qu'une ou deux fois tout au plus. //PAN//


"Je vais bien, merci." répondit-il sans lui renvoyer la question.

L'humeur du Parc Jae-Hwa était le dernier de ses soucis. En plus, en compagnie de Saejin, il doutait qu'il soit malheureux. L'interrogation qu'il lui posa par la suite avait-elle pour but de le rendre ridicule devant la jeune fille ? Quoi qu'il en soit, Kaito n'apprécia pas.


"Mieux vaut être seul que mal accompagné." Lâcha-t-il en espérant que Saejin ne prenne pas ces paroles pour elle. "Non, je ne viens pas souvent mais je n'avais rien à faire alors je me suis dit : pourquoi ne pas voir des poissons nagés."

Soudainement, Saejin les pointa du doigt. Il était vrai que cette situation devait paraître étrange pour elle. Il ne lui avait jamais parlé de Jae-Hwa et ce dernier ne semblait pas lui avoir parlé de Kaito. Cela voulait-il dire que le chanteur n'était pas si proche que ça de l'adolescente ?
Que répondre a Saejin ? l'y avait du monde autour d'eux et même s'il n'était pas vraiment sûr qu'ont les écoutait, le mannequin ne voulait pas prendre le risque de lâcher un : "non, enfaite-on s'est rencontré par hazar et depuis tout le monde s'imagine qu'on est intime mais dans la réalité on est aussi proche que deux chaussettes séparées dans une machine à lavé."

"Je t'expliquerai plus tard." se contentat-t-il de dire.

Ce n'était pas à elle qu'il allait mentir. Il savait que la vérité était en sécurité avec elle. Il n'avait même pas imaginé une seule seconde qu'elle puisse aller raconter tout ce qu'il pouvait lui dire à des journalistes.

Décidément Saejin n'avait pas sa langue dans sa poche ! Il ne lui fallut pas longtemps pour faire comprendre à Kaito qu'elle n'avait pas apprécier le fait qu'il lui ait raccroché au nez. Étonnait, il haussa un sourcil et n'eut pas le temps de répliquer qu'elle se tut dans une mine boudeuse avant d'ajouter qu'il ne l'avait peut-être pas entendu. Le garçon ne s'excusa pas mais fut tout de même surpris qu'elle l'ait mal pris. Il raccrochait souvent au nez des gens, en particulier de son manager, et ce dernier n'avait jamais fait de remarque alors l'héritier avait continué d'agir ainsi.

"Les requins. Quelle bonne idée." Lâcha-t-il ironiquement en lançant un regard à son "Hyeong".

Il mit sa main sur l'épaule de Saejin et la poussa en direction de la salle avant de la relâcher, puis il la suivit en s'assurant que Park Jae-Hwa était à une distance raisonnable de la jeune fille, ce qui était le cas puisque Kaito les séparés.

La pièce était grande et légèrement moins sombre que les autres. Elle en était cependant tout aussi effrayante étant donnée que ce qu'elle contenait n'était rien d'autre que des mammifères marins capables de manger un homme. La vitre de l'aquarium s'étendait sur un pan de mur tellement grand que l'on pouvait voir les cinq requins en même temps. Kaito s'approcha et tapota sur la glace.


"J'espère que c'est solide au moins." murmura le garçon avant de se retourner vers Saejin et Jae-Hwa. "Généralement quand un garçon et une fille se retrouvent ici c'est qu'ils sont...en couple."

Pourquoi n'arrivait-il pas à poser la question qu'il avait dans la tête directement comme il en avait l'habitude ? "Saejin, je viens d'interrompre un rendez-vous amoureux ?" Il ne pouvait pas dire ça comme ça. 


"Enfin, ce n'est pas terrible comme lieu pour un rendez-vous alors ça ne doit pas être ça. Je suis sur que sinon tu aurais trouvé mieux, Hyeong." dit-il en se tournant vers les requins.


Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Economie

Popularité :
84 / 10084 / 100

Niveau : Première année
Métier : Chanteur / Étudiant
Age : 21
Messages : 77
Won : 175

MessageSujet: Re: "Comme des poissons dans le bac à sable" [Kim Saejin / Yukimura Kaito / Park Jae-Hwa] Jeu 4 Fév - 21:43

L’atmosphère entre les deux garçons étaient étranges. Tendue sans véritable raison. Du moins, aux yeux de Jae-Hwa, il n’y avait pas de véritables fondements à cette tension palpable entre eux. Cependant, lui-même devait reconnaître ne pas avoir été de plus chaleureux juste à l’instant avec le mannequin. C’était un peu injuste. Après tout, la source de sa contrariété venait du fait qu’ils devaient feindre une forte amitié fraternelle entre eux alors que Jae-Hwa avait la quasi-certitude que sans tout ce foin, Yukimura Kaito ne connaitrait même pas son nom. Si le chanteur s’en offusquerait ? Certainement pas le moins du monde. Non, ce qui le dérangerait vraiment c’était de mentir de la sorte à sa communauté de fan grandissante. Il jouait le jeu des médias et dupait ceux qui lui démontraient de l’admiration, de la ferveur, fidélité et même une forme d’amour. Cette mascarade ne tarderait pas à lui peser sur la conscience plus que le chanteur ne pourrait en supporter. Etait-il trop honnête pour le milieu du show-biz ? Peut-être, mais il ne renoncerait ni à son rêve : celui de chanter sur scène aussi longtemps que son souffle le lui permettra ; ni à la droiture de son coeur. Se laisser pervertir serait trahir ceux qui l’aiment, qui lui font confiance !

Finalement, la situation fut détournée par Kim Saejin. Le chanteur était reparti dans son autre monde et il ne décelait plus aucune once de confusion ou de soupçon de la part de ses deux accompagnateurs. Il les suivit sans broncher en direction des bassins des requins. Ces créatures étaient rarement les préférés des filles. Néanmoins, certaines les aimaient également. Hera par exemple pouvait rapidement sembler fascinée par ces mammifères marins. Surtout lorsqu’elle les voyait dévorer leur proie. Va savoir qui sa cadette imaginait-elle en train de se faire déchiqueter entre leurs mâchoires pour qu’un tel sourire naisse sur ses lèvres à la vue d’un tel spectacle. Si la petite princesse était effrayante ? Un peu, parfois.

Le garçon pensait à Singapour avec une certaine nostalgie lorsque les paroles du mannequin le ramenèrent à la réalité. Les couples ? Jae-Hwa observa autour d’eux. Il n’avait pas l’impression que ce lieu soit réservé à la romance. Certes, il n’y connaissait pas grand chose en la matière, cependant il n’associait pas bien le lien entre romantisme et requin. Enfin, Yukimura Kaito devait certainement en savoir plus que lui à ce sujet ! Quoi qu’à ses mots suivants, le mannequin semblait partager son avis. Où voulait-il en venir à la fin ?

Le jeune chanteur regarda son interlocuteur, impassible. Puis, un léger sourire sincère se peignit sur ses lèvres :

« Un bon endroit n’est-il pas là où se trouve une bonne personne ? »

Il se tourna vers Saejin et ajouta tout aussi naturellement :

« Alors, je crois que cet endroit est parfait ! »

Puis à nouveau, il s’adressa au mannequin :

« Peut-être que tu avais plutôt l’habitude de visiter les aquariums avec tes petites amies, mais pour ma part, je n’y suis guère allé qu’avec mes soeurs, jusqu’à aujourd’hui. »

Derechef, il reporta son attention sur la jolie brune :

«  Et n’était-ce pas ce qui te faisait le plus plaisir que de passer du temps avec un Oppa ? »

Il lui souriait encore plus franchement, faisant allusion à sa remarque précédente où elle le comparait à un grand frère. La conversation fut alors interrompue par la sonnerie de son téléphone portable. « Sunny ». Il s’excusa avant de répondre prestement. Le chanteur eut à peine le temps de décrocher que la voix de sa jumelle lui perça les tympans. Vraisemblablement, elle n’était pas de très bonne humeur. Jae-Hwa lui demanda ce qui se passait. Ce à quoi elle lui répondit premièrement par une question sur la raison la présence de cette fille qui l’accompagnait en ce moment même à l’aquarium. Instinctivement, le garçon balaya du regard tout autour de lui puis lui demanda comment elle le savait. La toile du net est vraiment redoutable ! Les rumeurs se propageaient à la vitesse de la lumière. Cependant, là n’était apparemment la seule raison de sa colère. Son jumeau ne comprit pas très bien mais elle lui parla d’un débile profond et violent qui venait l’agresser. On ne peut plus inquiet, Jae-Hwa lui promit d’arriver au plus vite et raccrocha. Il s’adressa ensuite à ses deux comparses.

« Je vous prie de m’excuser, une urgence ! Je dois absolument partir ! Saejin, je te raccompagne  au campus ? Je rentre à la résidence. »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: "Comme des poissons dans le bac à sable" [Kim Saejin / Yukimura Kaito / Park Jae-Hwa]

Revenir en haut Aller en bas

"Comme des poissons dans le bac à sable" [Kim Saejin / Yukimura Kaito / Park Jae-Hwa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» comme un poisson dans l'eau (tristan)
» UTILISER Mapsource comme cartographie dans Poiedit
» Un adolescent utilisant la musique comme le sang qui coule dans ses veines
» Liens inactifs dans Outlook Express
» [RESOLU] "Symbiose" entre SoftwareZator et site web....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Young-Nae University :: Séoul :: Rive Nord du fleuve Han :: Yongsan-gu :: Parc Namsan-