RSS
RSS




Partagez| .

"Quand la mémoire l'alcool t'effacera, la langue des autres te rappellera !"[Park Eun-Sun / Baek Chin-Hwa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Section Economie

Popularité :
38 / 10038 / 100

Niveau : Deuxième année
Métier : Étudiants
Age : 22
Messages : 45
Won : 118

MessageSujet: "Quand la mémoire l'alcool t'effacera, la langue des autres te rappellera !"[Park Eun-Sun / Baek Chin-Hwa] Lun 1 Fév - 14:11

Niseko ! Première virée à l’étranger pour Baek Chin-Hwa ! Bien sûr, le jeune homme s’était bien gardé de raconter qu’il n’avait encore jamais quitté sa péninsule natale. Inutile de passer pour le pèquenot campagnard qu’il s’efforçait tant d’évincer de son curriculum vitae ! De même que les premières heures sur les pistes, l’orgueilleux Baek Chin-Hwa avait bien veillé de les passer à l’abri des regards, histoire d’amadouer secrètement ces choses nommées ski qu’il n’avait pas enfiler depuis longtemps et d’assez rares fois dans sa vie. Bah oui, parce que dans sa campagne il y a de la neige et des collines mais juste pour faire de la luge, pas du ski !

Enfin, fort heureusement, l’honneur était sauf et le jeune homme pouvait garder la tête haute alors qu’il traversait le hall du luxueux hôtel en compagnie de quatre de ses amis de la gente masculines  également élèves boursiers au sein de la Young-Nae University. Le groupe d’étudiants d’une vingtaine d’années se pointèrent au comptoir du bar de l’hôtel. Quelques mètres plus loin, assise sur l’une des chaises hautes, Baek Chin-Hwa reconnut sans mal la Gumiho avec laquelle il devait désormais cohabiter à Séoul sur le campus de l’université. Un cocktail à la main, ce démon discutait avec un australien. Ce type jouait des mécaniques à outrance. Ce spectacle en était presque affligeant ! Elle semblait si mielleuse que ce pauvre gars devait déjà l’imaginer dans son lit ! Dire qu’en vérité, elle sortait les griffes dès le réveil ! Si elle avait la moindre idée des pensées d’un homme, elle ne minauderait pas de la sorte devant un parfait inconnu ! Encore moins un étranger ! Tout le monde s’est parfaitement que les occidentaux se rapprochent plus du chien que de l’hommes en matière d’hormones !

Bref ! Il se contenta de jeter un rapide coup d’oeil préférant ignorer cette scène grotesque, sans dire un mot à son sujet à ses amis qui commandaient déjà leurs boissons.

« Hyung ! l’interpela l’un d’eux. Tu veux boire quoi ?
– Juste un soda au citron,
répondit-il sans entrain sachant pertinemment que ses comparses allaient insister.
– Oh ! Aller ! Tu vas pas faire ton timide ce soir ! On va s’éclater !
– Je n’ai pas envie d’une de vos boissons bourrées de sucre ! »


Chin-Hwa jeta ensuite un regard en biais en direction de la Gumiho.

« Et puis, franchement, je préfère m’abstenir plutôt que de perdre toute ma dignité ! D’ailleurs, certaines personnes feraient mieux d’en faire de même ! » s’exclama-t-il de sa forte voix bien porteuse, dans l’intention délibérée de se faire entendre.

Qui que soit la personne visée par cette remarque, ses amis eux ne semblèrent pas l’entendre. En effet, l’un d’eux prit la décision de commander pour lui un verre de Get 27. Ah ça, question sucre, il risquait d’être servi, par contre, Monsieur Précieux préserverait au moins la fraîcheur de son haleine. Chin-Hwa commença à grommeler son mécontentement, mais ses comparses étaient bien trop enthousiastes. L’un d’eux remarqua alors la présence à quelques pas de la Reine Park Eun-Sun. Il asséna l’étudiant en économique narcissique d’un léger coup de coude.

« Eh, dis voir, échangèrent-ils alors des messes basses. Ce ne serait pas ta colocataire là-bas ? Il parait que c’est chaud entre vous… 
– Ça, je ne te le fais pas dire
, siffla l’intéressé sur un ton exprimant tous les bons sentiments qu’il y avait entre ses deux. Tu n’imagines même p… »

Chin-Hwa s’interrompit alors qu’une image mentale s’imposa dans son esprit. Le souvenir de cet instant qu’il aurait préféré effacer à tout jamais de sa mémoire. Les yeux grands ouverts, il commença à sentir le feu lui monter aux joues. Timing parfait, le barman déposa son verre de bain de bouche mentholé sur le comptoir pile poil au bon moment. L’étudiant s’en saisit aussitôt pour l’avaler d’une seule traite. Ses comparses l’encensèrent et commandèrent aussitôt un autre verre pour lui.

« Aller, hyung ! Ce soir, c’est ton soir ! Fais la fierté des boursiers de la YNU et chope une australienne ! S’il y a un sud-coréen parmi nous qui peut choper une occidentale c’est bien toi avec ta belle gueule ! Fighting ! »

Là, par contre, Baek Chin-Hwa lui jeta un regard totalement désabusé. Nan mais franchement, ils avaient cru que parce qu’il avait bu un verre, il allait se transformer en roi de la nuit et tomber une occidentale ? De tous les maux s’il y en était un pire que l’alcool, c’était assurément les femmes ! Il était en vacances et la dernière chose dont il avait envie était de se farcir une gonzesse pour le reste du séjour même si ça lui permettait de s’envoyer en l’air ! Et puis, non, il n’était pas ce genre d’homme ! Quoi que, peut-être que coucher avec une autre femme lui permettrait d’évincer définitivement son ex-petite amie de ses pensées…


Baek Chin-Hwa, the Gentleman Farmer.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Economie

Popularité :
72 / 10072 / 100

Niveau : Première année d'Economie.
Métier : Etudiante.
Age : 20
Messages : 30
Won : 59

MessageSujet: Re: "Quand la mémoire l'alcool t'effacera, la langue des autres te rappellera !"[Park Eun-Sun / Baek Chin-Hwa] Mer 3 Fév - 18:02

Ah, le ski ! Ce que je pouvais aimer cette discipline ! Si le reste de l'année, j'étais d'une flemmardise sans bornes -oui, même moi je l'admettais-, il n'en était pas moins vrai que lorsque je chaussais mes skis et dévalais la pente tandis que le vent frais me fouettait le visage et le soleil m'aveuglait, se réverbérant dans la neige, j'étais des plus heureuses. Le froid et ces grandes étendues blanches ne me rappelaient que trop mon enfance et le Canada. Et ces souvenirs magiques, bien que lointains, je les chérissais comme la prunelle de mes yeux. Parce qu'ils représentaient un temps où notre famille était entièrement réuni. Une époque d'insouciance et d'amusement perpétuel. De totale complicité avec mon frère. Et si je ne me l'avouerais jamais, une partie de mon cœur savait pertinemment à quel point tout cela me manquait. Parce que j'avais une nouvelle famille maintenant. Un beau père, et deux demi-sœurs... Je les aimais tous, oui, cela ne faisait aucun doute. Mais c'était justement pour cela que je ne disais rien, pour cela que je me leurrais, me répétant sans cesse que cela me suffisait. Mais au fond, j'aurais voulu avoir mon père. Pas celui d'une autre, bien que Tsai Shen soit quelqu'un de profondément gentil, ce n'était pas le problème. Il y avait des liens qu'on ne pouvait briser, des personnes dans nos cœurs qu'on ne pouvait remplacer. Et tout comme à un moment, l'absence de mon jumeau avait laissé un trou béant dans ma poitrine, celui créé par la disparition de mon père de ma vie ne s'était toujours pas refermé. 

Mais récemment, un sourire plus sincère était apparu sur mes lèvres, résultat d'un rapprochement sensible mais palpable avec Jae-Hwa. Alors certes, il y avait eu certains épisodes comme la partie shopping où il n'avait pensé qu'à Liwei et Hera -et c'était à se demander si moi j'existais-. Mais il y avait aussi eu toutes les soirées et matinées partagées dans notre chambre. En particulier celle où nous avions dévalisé la boite de chocolat que je lui avais offert pour la Saint Valentin. Et j'avouais que si dans ce présent, il y avait eu une envie de faire mieux que mes sœurs, j'avais été heureuse de voir que je le connaissais toujours aussi bien, ou du moins presque. Et s'il fallait faire venir des montagnes de chocolats du Canada pour avoir ce genre de moments privilégiés à ses cotés, et bien dans ce cas, je payerais le prix fort ! 

C'est pourquoi, en cette soirée, j'étais d'une humeur plus que joyeuse. Et ça se sentait ! Décidée à faire en sorte que la journée se finisse au mieux, je m'étais apprêtée soigneusement. J'avais donc opté pour une robe noire plutôt courte, révélant l'intégralité de mon dos, des talons hauts, un maquillage un peu plus prononcé que d'accoutumé, et un chignon légèrement travaillé. De quoi faire tomber n'importe quelle personne de la gente masculine. Ce n'était pas vraiment mon but mais... Comme je savais pertinemment qu'on ne me servirait pas d'alcool, et qu'il était totalement hors de question que je demande à cette tête à claque d'en commander pour moi... Et bien j'allais devoir faire en sorte que l'on m'offre des verres ! Et normalement, si je la jouais finement, ce ne serait pas trop dur. A dire vrai, à peine cinq minutes après que je me sois installée sur l'une des chaises hautes donnant sur le bar, un australien vint se joindre à moi. Si son approche n'était pas des plus fines, il n'en était pour le moins pas mal et disons... Vraiment bien bâti ! Il me proposa un verre, et j'acceptais donc volontiers, heureuse que mon stratagème fonctionne sans que je n'ai à lever le petit doigt. Décidément, tout se passait à merveille ! 

Mon cocktail en main, j'écoutais les différents exploits soi-disant réalisé par ce type sur les pistes, lorsqu'une voix que je connaissais bien se fit entendre. Bah voyons, c'était trop beau pour être vrai, il fallait que la seule personne que je ne veuille pas croiser se ramène ! Ce plouc n'avait donc rien de mieux à faire que de me pourrit la vie ? Et même lorsque je n'étais plus sa "colocataire" -bien que je tendrais plus à dire que c'est lui qui squatte- je devais me le farcir ?! Et le pire, c'était qu'il n'était pas seul ! Non, en plus de pouvoir admirer sa merveilleuse tête à claque, je devais aussi avoir les oreilles agressées par les voix bien trop portantes de ses amis boursiers ! En fait, non, le pire restait quand même sa voix. Il ne pouvais pas baisser d'un ton, que je fasse comme s'il n'existait pas ? Qu'est ce qu'il avait à me regarder en sortant que certains feraient mieux de ne pas boire ? Exaspérée, je levais les yeux au ciel et me reconcentrais sur le récit de mon "barman attitré", essayant tant bien que mal de conserver le sourire. Mais je n'y arrivais pas. Alors, jetant un furtif regard dans sa direction, dans le but de lui faire passer subtilement le message de dégager, je le vis engloutir son verre d'une traite. Qui n'était pas sensé boire déjà ? Quelle blague ! Qu'il choppe une australienne ? Sa belle gueule ? Fighting ?! Étaient-ils donc tous d'un niveau cérébral si limité pour ne pas comprendre que son caractère à la con repousserait même la plus laide des femmes ? 

Soupirant à la fois exaspérée et légèrement irritée par leurs hurlements, je vidais le reste de mon verre d'une traite. "Oh, mais c'est que vous avez une bonne descente pour une femme !" me sortit l'australien qui m'accompagnait, que j'avais complètement oublié. A cette remarque, je lui sortis mon plus grand sourire. "Vous n'avez pas idée ! Et je tiens également très bien l'alcool." continuais-je en anglais tandis qu'il me commandait un verre de Manzana cette fois. Décidément, il m'était bien utile ce blondinet ! Et ses yeux bleus étaient à croquer, bien qu'il parle un peu trop... Une mèche rebelle sorti de mon chignon, et l'inconnu vint délicatement la coincer derrière mon oreille, effleurant ma joue au passage. Mais je ne dis rien, ayant encore besoin de lui. Je réceptionnais mon verre auprès du barman et trinquais de nouveau avec l'étranger, un sourire narquois venant sans que je m'en rende compte se nicher au coin de mes lèvres. Admire sale tête à claques, comment même en étant riche et mineur, on peut boire allègrement sans dépenser un Won ! Et sur cette pensée jouissive, je lui jetais un regard hautain avant de finir une fois de plus ma boisson.



Look at me. Fall for me.



Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Economie

Popularité :
38 / 10038 / 100

Niveau : Deuxième année
Métier : Étudiants
Age : 22
Messages : 45
Won : 118

MessageSujet: Re: "Quand la mémoire l'alcool t'effacera, la langue des autres te rappellera !"[Park Eun-Sun / Baek Chin-Hwa] Lun 8 Fév - 19:37

Au milieu de tout le brouhaha provoqué par ses comparses, Baek Chin-Hwa avait préféré monté son verre à ses lèvres, prêt à en avaler une gorgée plutôt que d’avoir à répondre au défi qu’il lui laissait. Ses amis semblaient le prendre pour un tombeur, et lui-même n’hésitait pas se targuer de ses charmes. Cependant, dans les faits, l’étudiant savait pertinemment que sa véritable expérience se résumait à la fréquentation d’une seule et unique femme par le passé. Il n’était sorti sérieusement qu’avec elle. Il n’avait franchi les portes de l’intimité qu’avec elle. Il n’avait aimer qu’elle. Et si dans son coeur, Chin-Hwa avait l’impression d’avoir définitivement tiré un trait sur cette relation appartenant désormais au passé, dans son esprit, il demeurait néanmoins prisonnier de cette exclusivité. S’il en voulait à son ex-petite amie ? Énormément ! Bordel ! Il s’apprêtait quand même à la demander en fiançailles ! Il s’était vu vivre le reste de sa vie avec elle ! Rentrer du travail, de son poste de vice-président de Hana Yon, accueilli par le doux fumet de la cuisine d son épouse qui demandait alors à leur fille de mettre la table tandis que son frère finissait ses devoirs. Tel était le tableau de la vie parfaite qu’il s’était imaginé avec elle. La plus respectable des épouses et deux enfants bien élevés. Et cette vile menteuse avait brisé ce rêve ! Non contente de la larguer, il avait valu qu’elle l’humilie en public !

À ses souvenirs, Chin-Hwa sentit ses doigts se crisper sur son verre. Sa main tremblait légèrement. Puis, comm lorsqu’un élève à la malchance de s’exprimer avec un peu trop de spontanéité dans un moment de silence au sein de la classe, la voix de la Gumiho parvint à ses oreilles juste à l’instant où ses comparses baissaient d’un ton. Une bonne descente ? Ah ça oui, c’était certainement le cas de le dire ! Par contre, elle ? Bien tenir l’alcool ? Laissez-le rire ! D’ailleurs, ce fut ce qu’il fit ! Reposant son verre de Get sur le comptoir, l’étudiant boursier s’esclaffa bruyamment. Ses amis lui jetèrent un bref regard interrogateur, puis reprirent les exclamations de plus bel ! Sans doute en avaient-ils conclu que le beau gosse de leur bande avait décidé de jouer le jeu de la chasse en cette soirée. Ils commandèrent une nouvelle tournée. Aucun d’entre eux ne roulaient sur l’or, mais plusieurs étaient des flambeurs dans l’âme. Ils travaillaient et avaient économisé dans l’objectif de tout claquer pendant leur séjour à Niseko afin de n’avoir absolument aucun regret. Ils étaient venus avec l’idée de rendre les vacances inoubliables ! Et puis, Baek Chin-Hwa s’avérait être le seul parmi le petit groupe à avoir stupidement dilapidé toutes ses économies pour une bague de fiançailles inutile ! Dire que ce phoque de bijoutier avait refusé de la lui reprendre ! Si au moins son frère ainé avait quelqu’un dans sa vie, Chin-Hwa aurait pu essayer de la lui revendre !

Parmi les bavardages de ses comparses, le beau brun narcissique en entendit un faire des allusions sur l’apparence sexy de la Gumiho, disant avec toute subtilité qu’ainsi habillée elle était presque aussi bandante que son fantasme ultime Jang Mee Joo. Le regard de Chin-Hwa se tourna alors machinalement en direction du renard. Bien que les sourcils froncés, ses yeux remontèrent le long de la silhouette de sa colocataire. Il était vrai que sa robe laissait entrevoir pas mal de chair… N’avait-elle pas honte ? S’il y avait un genre de femme autre que la Gumiho qui révulsait le cadet de la fratrie Baek, c’était bien celui de Jang Mee Joo ! Et que Gumiho adopte une attitude aussi semblable à celle de sa rivale l’écoeurait encore plus. Ce fut alors que l’australien lui effleura la joue en remettant en place une de ses mèches de cheveux.

« Hahaha ! Pauvre type ! Si tu savais ce qui t’attend pour ce malheureux geste ! » s’en moquait-il intérieurement.

Mais à sa grande surprise, Gumiho ne réagit pas. Chin-Hwa écarquilla les yeux. Mais quelle trainée ! Etait-elle déjà donc ivre pour se montrer aussi aguichante ? Il but derechef son verre d’une traite et commença à se lever de sa chaise. Le garçon avait bien l’intention d’aller lui dire ses quatre vérités. Il ne pouvait pas laisser passer un comportement pareil ! Que la Gumiho fasse n’importe quoi avec n’importe qui ne l’importait pas en soit, mais l’image de sa cousine pourrait en pâtir ! Il ne pouvait tolérer qu’un membre de la famille de sa cousine, et encore moins une soeur de celle-ci, commette des actes susceptibles de ternir la réputation de Zhang Liwei ! Et pour cause ! Il faisait partie de la famille de Liwei donc sa propre image risquait d’en pâtir !

Tout remonté qu’il pouvait être, Baek Chin-Hwa fut retenu par le bras par l’un de ses comparses qui lui indiqua qu’une table du restaurant s’était libérée et qu’ils allaient diner. Les yeux sombres du boursier en économie glissèrent rapidement de son interlocuteur à Gumiho pour revenir sur le premier. Le léger grondement émis par son ventre lui rappela momentanément la priorité la plus importante. Il obtempéra et quitta le comptoir afin d’oublier toute cette frustration autour d’un délicieux repas aussi copieux que bien arrosé car ses amis semblaient déjà se précipiter sur la carte des vins…


Baek Chin-Hwa, the Gentleman Farmer.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: "Quand la mémoire l'alcool t'effacera, la langue des autres te rappellera !"[Park Eun-Sun / Baek Chin-Hwa]

Revenir en haut Aller en bas

"Quand la mémoire l'alcool t'effacera, la langue des autres te rappellera !"[Park Eun-Sun / Baek Chin-Hwa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mon PC portable perd de la mémoire
» problemme barrette de memoire vive
» Obtenir le nombre de caractère d'un fichier sans le charger en mémoire vive
» léger souci de mémoire
» [Résolu] Quand à l''usage des dd tournant à 4 500 tmn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Young-Nae University :: Vers d'autres horizons :: À travers le monde… :: Station - Niseko :: Complexe Hôtelier LNP Resort-