RSS
RSS




Partagez| .

Chaud devant ! La YNU entre en pistes ! [TOUS ~ Event]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Fonda Sournoise

Popularité :
100 / 100100 / 100

Niveau : Inaccessible
Métier : Secret !
Messages : 235
Won : 285

MessageSujet: Chaud devant ! La YNU entre en pistes ! [TOUS ~ Event] Dim 31 Jan - 15:14

Première journée sur les pistes, les étudiants de la Young-Nae University sont réunis à mi-chemin des pistes. Pour cette première, afin de mesurer les capacités d’autonomie de chacun, des moniteurs sont mis à leur disposition et peuvent éventuellement accompagner certains groupes dans leur descente. Ceux qui se sentent à l’aise dans leurs skis peuvent aller glisser à leur guise où bon leur semble sur les pistes sécurisés. Attention néanmoins aux autres skieurs ! Soyez respectueux d’autrui et préservez-vous des chauffards !

Et si vous n’avez pas envie de skier ou de vous pliez aux règles, défilez-vous discrètement pour vous occuper à votre guise !

Les coups de bâtons sur vos camarades sont fortement déconseillés, vous n’êtes plus des enfants ! Quoique…
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Sciences

Popularité :
25 / 10025 / 100

Niveau : Diplômé de l'école américaine internationale de Hong Kong et actuellement, en seconde année de sciences à la YNU
Métier : Tatoueur
Age : 23
Messages : 153
Won : 165

MessageSujet: Re: Chaud devant ! La YNU entre en pistes ! [TOUS ~ Event] Lun 1 Fév - 14:40

Le voyage m'a paru si long mais, à la fois, tellement rapide.

Ce voyage n'entrait dans aucune de mes priorités ni même dans aucun de mes projets. L'idée même de fermer mon salon et de devoir repousser la totalité des rendez-vous m'avait irrémédiablement freiné lorsque l'on me l'avait proposé. Bien plus décisive que cette fougue travailleuse, il existait une femme qu'il m'était impossible d'abandonner ou ne serait-ce même que de la laisser derrière moi : ma mère. Si je n'avais pas reçu ce coup de téléphone et si mon père avait simplement conservé le silence comme je le lui avais, explicitement, demandé, je ne serais pas là, à l'heure qu'il est. De là à dire que je regrette mon choix, serait que pur mensonge mais je possède tout de même une once d'antipathie à l'égard de mon propre raisonnement.

Il est vrai que je possédais ma propre idée du voyage et du séjour que j'allais bien pouvoir passer à la station Niseko. Et, bien entendu, attendre bien sagement parmi d'autres élèves que des groupes soient faits, afin de descendre les pistes, chaussés de bâtons tordus, et sous la surveillance d'accompagnateurs, ne rentrait absolument pas dans ma vision du terme ' vacances '. D'ailleurs, c'est bien pour cela que je pris mes jambes et que je partis très loin de cette foutue réunion. Me mêler aux autres ne m'intéressait pas. Du moins, pas ici. Je n'avais qu'un souhait. Le revoir. Le retrouver et passer d'inoubliables vacances en sa compagnie.


Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Economie

Popularité :
84 / 10084 / 100

Niveau : Première année
Métier : Chanteur / Étudiant
Age : 21
Messages : 77
Won : 175

MessageSujet: Re: Chaud devant ! La YNU entre en pistes ! [TOUS ~ Event] Mar 2 Fév - 11:18

La montagne, la neige, les skis, les pistes… Enfin ! Skis chaussés aux après-skis – parce qu’on aime la redondance –, mains emmitouflées dans les moufles – oui nous le faisons exprès – nez caché dans le cache-nez…etc – parce qu’on ne va pas faire que ça non plus – , Park Jae-Hwa se sentait comme un gamin tout émoustillé dans un magasin de jouet au rayon Lego ! Ah ? Pardon, au temps pour moi, il n’y a pas besoin d’être un enfant pour devenir tout fou au pays des Logos, il suffit d’appartenir tout simplement à la gente masculine…

Tout content, tel un papa qui prétend donc acheter la boite de Lego pour ses enfants alors que l’ainé à deux ans et qu’il est bien marqué sur l’emballage dangereux pour les 0-3 ans, le jeune chanteur n’avait qu’une hâte : dévaler les pistes ! Lui d’un tempérament si calme, il ne tenait pas en place pendant que les instructeurs de skis prodiguaient leurs conseils et autres blablatages. Une chanson dans la tête, Let It Go pour ne pas la mentionner et ainsi trahir ses Disney-pensées – on va dire que c’est la faute de Liwei depuis qu’ils sont allés au Lotte World même si ce n’est pas véritablement un parc Disneyland le rapprochement est néanmoins palpable – il battait la mesure de son pied dans la neige. Certains pourraient sans doute se méprendre en pensant qu’il serait victime d’une envie pressante. Oui, c’était bien le cas, mais certainement pas à celle à laquelle, ils penseraient.

Les consignes de sécurité, l’étudiant en économie les connaissaient. Comment skier ? Il le savait également. Il n’était pas fou, du moins pas autant que certains, pour sa première descente depuis environ un an, il n’allait pas se lancer directement sur une des pistes les plus difficiles. Quoique, les pentes et parcours de Niseko n’avaient tout de même rien de comparables aux pistes canadiennes ou européennes qu’il avait pu connaitre par le passé. Canadien de naissance, assurément, le garçon avait chaussé les skis presqu’aussi tôt qu’il avait appris à marcher et à faire du poney. Puis, si tout au long de sa vie à Shanghai, les montagnes enneigées ne paraissaient plus être qu’un lointain souvenir, il renoua avec cet air vivifiant lorsqu’il rejoignit le reste de sa famille à Singapour. Non, bien sûr, il ne skia pas sur le territoire de la cité-état – bien que plus rien ne soit impossible dans ce monde puisqu’il existe une piste de ski à Dubaï –, mais la famille Zhang partait en vacances à sa guise, au gré de ses envies, que ce soit dans les îles ou aux sports d’hiver.

Bref ! Alors qu’il s’efforçait à patienter, le regard vagabond de Jae-Hwa fut attiré par d’étrange traces sur le manteau neigeux un peu plus loin. Celles-ci ressemblaient aux empreintes de pas d’un petit animal. Un chien peut-être ? Pourtant, les animaux n’avaient pas lieu d’être sur les pistes balisés. Un petit être sauvage ? Et tel un coeur innocent envoûté par le papillon annonciateur d’un destin aussi grand que funeste sans que personne ne le soupçonne de son terrible sortilège, le jeune chanteur oublia le reste du groupe et s’en alla suivre les traces dans la neige…
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Sciences

Popularité :
25 / 10025 / 100

Niveau : Diplômé de l'école américaine internationale de Hong Kong et actuellement, en seconde année de sciences à la YNU
Métier : Tatoueur
Age : 23
Messages : 153
Won : 165

MessageSujet: Re: Chaud devant ! La YNU entre en pistes ! [TOUS ~ Event] Mar 2 Fév - 14:31

Je marchais, déterminé, avec pour objectif de quitter les pistes et de retrouver un contact plus terre-à-terre. Je ne comprenais pas cet engouement pour ces hauteurs et ces montagnes à perte de vue. J'aimais l'adrénaline et l'impression de se sentir supérieur au commun des mortels en prenant par moment quelques hauteurs abruptes pour se démarquer. Mais jusqu'à maintenant, je m'étais simplement arrêté aux toits des immeubles, des villes, que j'ai eu la chance de parcourir. Ce milieu ne me correspond en aucun point et je me demande bien pourquoi j'ai finalement accepté de venir. Je suis complètement dingue. Il n'y a aucune autre possibilité. À contre-courant de l'enthousiasme de rigueur face aux pistes enneigées, je n'ai pas honte d'affirmer ma différence : je n'aime pas les montagnes et je déteste le ski.

À vrai dire, je n'ai pas le courage pour aller skier. Les conditions d'enneigement semblent pourtant exceptionnelles, ici, et il fait plutôt beau. Je suis un infâme. Des gens viennent de tous les horizons pour skier ici. Ils passent des heures à arpenter différentes pistes à la recherche de plaisirs incommensurables dont je ne comprends absolument rien. Et moi, pendant ce temps, j'aimerais tellement mieux traîner sur un sofa, à écouter de la bonne musique et à réfléchir sur de tous nouveaux modèles. Peut-être qu'ainsi, je me mettrais à aimer ces montagnes.

Incroyable, mon frère habite tout près de cette station et lorsque je vivais encore au Japon, il m'avait emmené dans une seconde qu'il appréciait énormément. Malgré le long séjour dont nous avons profité, je n'ai jamais eu l'envie de posséder une paire de skis. J'ai bien un ou plusieurs bonnets, mais pas de pantalon de ski, ni de sous-vêtements chauds, ni de gants. Enfin, si. Dernièrement, je m'en suis acheté mais je ne les mets jamais. On peut donc se demander pourquoi je les ai pris. Eh bien, je vais vous le dire. C'est une très bonne question qui n'obtiendra jamais de réponse censée, pour la simple et bonne raison que je n'agis jamais de manière logique. Je suis un grand irréfléchi.

Ce qui m'a conforté dans mon opinion, c'est ce que mon père m'a sorti, il y a quelques années.

« Tu dois apprendre à skier pour pouvoir, un jour, enseigner ce sport à tes enfants. Tu n'as pas le droit de les priver des joies des sports d'hiver. »

Calomnie. Outre les skis, les souliers, les bâtons et les gants, il me faut des lunettes de soleil, une écharpe, un slip en laine d'alpaga, une boîte de préservatifs en peau de phoque si jamais je tombe amoureux sur un télésiège... Tout cela coûte bien cher, sans compter les forfaits journaliers, les bières avant, pendant et après les pistes. Oh, que c'est cher ! Et, heureusement. Que c'est cher. Si tout était gratuit, ce serait affreux. On aurait moins d'excuses pour se vautrer. Il faudrait se lever du sofa, rejoindre le magasin puis choisir parmi cinquante paires de ski, essayer des chaussures... Je me trompe toujours sur la taille des chaussures. Je prends toujours trop petit. Et même parfois, trop grand. Et puis, je sais déjà que le premier jour, je perdrai les lunettes, le deuxième, j'oublierai les gants sur une terrasse, le troisième, je briserai les skis neufs sur une pierre...

Non, le ski n'est pas pour moi, définitivement. N'insistez plus, je vous en prie. Il faut être calviniste ou masochiste, ce qui revient à peu près au même, pour aimer cela. Le ski, c'est un truc de Genevois.

Imaginons quand même que quelqu'un m'offre tout le matos, le plus ultra. Là, il reste le pire : s'extraire de son lit douillet, enfiler ces tenues ignobles, dans le bon ordre. Puis réunir tout le matériel, sans rien oublier, le porter, acheter un forfait sans perdre les gants – bien qu'actuellement, cette partie ne me concerne pas au vu de ma situation. Cela reste tout de même, impensable. Et c'est systématiquement à ce moment-là que vous vient une envie de pisser qui nécessite vingt minutes pour tout remettre en place.

Après tous ces efforts, il faut faire la queue. Ça pue les tenues synthétiques et le chien mouillé. Les filles ont de la pâte sur les lèvres. C'est affreux. Mais, affreux ! La pâte blanche sur les lèvres, ça me révulse. Alors je n'aurais d'autres choix que de fixer le bout de mes chaussures en maugréant et je me sentirais comme le capitaine Haddock dans son équipement lunaire.

Pendant l'attente, dans la colonne, on pousse, on se bouscule, on s'insulte en anglais, en japonais, en allemand, en hollandais, en chien, et en je ne sais quoi. Je m'en contrefous. Ce qui est le plus insupportable. Bien entendu, toutes les belles, sans aucune exception, sont accompagnées par de jolis messieurs. Désespérant...

Dans la télécabine, on est entouré de gosses tout excités qui piailles en anglais japonais. Quelle misère ! Ou je suis accompagné d'un bouc qui sent le vieux cigare. Encore pire. La cabine se balance, elle me donne le mal de mer. Quand j'arrive en haut des pistes, je me retrouve dans le brouillard, je n'y vois goutte, il fait froid et il vente. Alors, je redescends en télécabine. Et comme je suis pressé de rejoindre la plaine, j'oublie systématiquement mes gants dans la cabine. Ou les lunettes. Ou les bâtons... Non, décidément, à bas le ski. Définitivement.

Alors que je m'étais perdu dans mes pensées, je pris le temps de regarder où je me trouvais. Et la réponse fut rapide. Je n'en avais pas la moindre idée. Je soupirai et continuai de marcher, en espérant tomber sur quelqu'un qui m'aiderait à retrouver le chemin qui me conduirait au complexe. La journée venait à peine de commencer mais j'avais, déjà, tellement hâte de la terminer. Le froid était, comme à chaque fois, bien trop présent. Et cette légère brise n'arrangeait rien. Je serrais mon manteau contre moi, et un pas après l'autre, je suivais le chemin qui semblait être mien. Mes jambes devenaient lourdes avec cette épaisse couche de neige. Pourquoi ne l'ont-il pas aplatie ? Un peu comme du sable fin ? La marche n'en serait que plus agréable.

Mon visage devenait rouge, je le sentais. Mes muscles devenaient raides et je tremblotais. Qui est assez fou pour aimer le froid et cette satanée neige ?? Pas moi, en tout cas. Énervé et seul, je me suis mis à maugréer sur ma situation désobligeante.

« N-non.. m-mais ! Qu-Qu'est-ce que c-c'est que ce-cet endroit ? C-C'est pas p-possible ! Il f-fait au m-moins... moins 10 000 ! »


Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Sciences

Popularité :
35 / 10035 / 100

Niveau : Troisième année à la rentrée de Mars 2016
Métier : Étudiant en Sciences
Age : 22
Messages : 85
Won : 212

MessageSujet: Re: Chaud devant ! La YNU entre en pistes ! [TOUS ~ Event] Mer 3 Fév - 10:35

Scrouitch ! Scrouitch ! Scrouitch ! Tel est le son des pas légers de pieds chaussés d’après-skis dans la neige s’accompagnant de l’une des plus gracieuses démarches qui puissent être offerte par le spectacle de l’espère humaine. En cet instant, un spectateur extérieur pourrait-il ne pas avoir une seule pensée pour un Shuchi se débattant de toute son élégance dans l’épaisse toison blanchâtre ? Qui sait ? Si vous croisez un fou sur ses skis, peut-être que… Par contre, si c’est sur un snowboard, il y a de grande chance pour qu’il s’agisse d’un tout autre spécimen.

Larges lunettes de ski remontées sur son front, planche de snowboard sous le bras, un jeune homme marchait dans la neige, remontant un monceau de pente neigeuse en direction des télésièges. Les yeux des enfants s’émerveillaient sur son passage alors qu’un étrange chien, à moins que ce ne soit un chat, sautillait dans la neige à côté de lui. Ces deux là n’étaient pas seuls mais formaient tout un petit groupe avec trois autres adultes et deux enfants. Le plus petits de ces derniers tenaient main de son papa, tandis que l’aînée se pavanait en tirant langue aux autres enfants qui regardaient le fameux petit animal avec tant d’envie. Eh ouais, c’était le copain de son oncle à elle et eux, ils pouvaient pas jouer avec Yong.

Les chemins de la famille Hwang se séparèrent au fil de la montée. Hwang Hyo Won, l’aîné de la fratrie, resta relativement en bas des pistes avec son fils Soo Hyun encore bien jeune. So Yeon, l’aînée de ce dernier partagea le télésiège de son oncle préféré jusqu’au niveau suivant. Elle descendrait la piste avec sa mère. La petite essaya bien de négocier la garde de Yong le panda roux mais celui-ci manifestait une flagrante envie de sensation forte. Ainsi, en haut de la piste, il ne restait plus que Hyo Jin et sa soeur ainée, Seong Hee. Le premier chaussait son snowboard tandis que la seconde préférait s’adonner aux skis classiques. Tous deux devaient emprunter des voies différentes pour redescendre jusqu’à la station. Ce qui ne les empêcha pas de parier sur la victoire du premier arrivé. Celui imposerait le gage de son choix au perdant. Hyo Jin installa ensuite Yong en écharpe non pas autour de son propre cou mais de celui de sa soeur.

« Yong, je te confie Noona ! Je compte sur toi pour ne pas la laisser se faire draguer par un tombeur présomptueux ! »

La réputation de la présentatrice télé Hwang Seong Hee était sans tâche. Cependant, son frère savait parfaitement à quel point elle pouvait être vulnérable face aux charmes de beaux-parleurs. Et belle comme elle était, il y en avait plus d’un pour lui tourner autour ! Le sino-coréen ne comptait plus le nombre de fois où le coeur de son aînée avait pu être piétiné dès lors qu’elle voyageait à l’étranger, à l’abri de la presse séoulite et sud-coréenne. Voir sa soeur pleurer en s’empiffrant de glace pistache-noix de coco qu’elle s’obligerait ensuite à vomir afin de préserver sa ligne parfaite, était un spectacle insupportable pour le cadet qui y avait assisté plus de fois qu’il n’en fallait par le biais de la visio. Car oui, même s’il avait vécu loin, ce fut toujours vers lui que Seong Hee se tournait quand quelque chose n’allait. Il faut dire que leur ainé Hyo Won ne respirait pas la compassion et que les mots de réconforts, s’il en connaissait quelques uns, ceux-ci n’étaient pas destinés à ses cadets. Sans doute était-ce parce que Hyo Won était parfait et irréprochable qu’il ne semblait pas comprendre que sa soeur et son frère ne l’étaient pas tant.

Ces derniers se séparèrent donc. À distance, encore dans le champs de vision l’un de l’autre pour le moment, ils se mirent en position de départ. Lunettes rabaissées devant leurs yeux, bâtons prêts à transpercer la neige pour Seong Hee, d’un geste de la main, Hyo Jin indiqua le décompte du top départ. Trois, deux, un, c’était parti !

Le frère et la soeur bondirent chacun de leur côté dévalant la piste enneigée à toute allure, esquissant habillement tous les obstacles. Hyo Jin était indéniablement le plus rapide, mais il savait pertinemment qu’il valait mieux de méfier des compétences de skieuse de sa soeur. Seong Hee était pleine de ressources également.

Leur descente était déjà bien entamée lorsque Hyo Jin s’arrêta au sommet d’un talus. Le garçon observa brièvement autour de lui en reprenant son souffle. Il ne pouvait plus voir sa soeur. S’il était certain d’être toujours en tête, il se demandait avec quelle avance. Il n’aurait probablement la réponse qu’une fois arrivée en bas. D’un nouveau bond, il plongea derechef le long de la pente. Celle-ci s’avérait dotée d’une assez forte inclinaison. Elle représentait l’une des portions les plus difficiles du parcours. Non pas pour Hyo Jin qui savait gérer la vitesse mais surtout à cause de tous les novices qui ne soupçonnaient pas sa difficulté et s’y élançaient avec insouciance. Résultat, ceux qui savaient vraiment faire du snowboard avaient pour mission d’esquiver tous ces boulets qui germaient sur la piste tels des champions toxiques dans un jeu d’arcade. Un impact et c’était game over !

Et ce jour-ci, les inconscients ne manquaient pas ! Lancé à pleine vitesse, Hyo Jin dût en éviter : un… deux… trois… Oulà ! Quatre et cinq ! Ouf ! C’était pas passé loin ! Un instant de répit. Puis, une ombre qui s’étendit telle celle d’un charognard fondant sur sa lapine de proie. Le garçon tourna la tête les yeux écarquillés. Il vrilla de la taille pour freiner avant de changer de direction. Le rapace manqua sa proie. Hyo Jin put reprendre de la vitesse et…

//BLAM//


« I believe I can fly… »


Sans avoir compris le pourquoi du comment, après un violent impact Hwang Hyo Jin se retrouvait à planer dans les airs avant de s’écraser brutalement dans la neige et d’effectuer un roulé-boulé sur plusieurs mètres.


Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Lettres

Popularité :
21 / 10021 / 100

Niveau : Première année en Lettres.
Métier : Etudiante et serveuse dans un café à mi-temps.
Age : 21
Messages : 38
Won : 55

MessageSujet: Re: Chaud devant ! La YNU entre en pistes ! [TOUS ~ Event] Jeu 4 Fév - 11:13

Le ski ! La neige ! Le froid ! Vive les sports d'hivers ! Telle une enfant, un large sourire mangeant la moitié de mon visage, je m’émerveillais de tout et de rien tandis que je me tenais assise sur le remonte pente, en compagnie d'Eun Chae. Si on avait laissé en plan le reste du groupe de la Young-Nae ? Oui, et alors ? Ils parlaient trop, et il n'y avait pas assez d'action. Moi, je voulais skier ! Alors j'avais décidé de m'échapper en douce, entraînant avec moi ma meilleure amie, pour monter encore plus haut. Si j'avais pensé à la difficulté de la piste au passage ? Pas le moins du monde. Mais je n'avais jamais fait de ski ou de snow, alors à vrai dire, je ne savais même pas que les pistes étaient classées par niveau. Il fallait dire que sur mon île, ou même à Jeju, la neige, ce n'était pas courant ! Alors à part quelques expériences de pseudo-luge, je n'y connaissais strictement rien ! Et c'était pourquoi ce voyage ne me réjouissait que d'autant plus. Une nouvelle expérience, un séjour luxueux et sportif, de quoi me faire saliver. J'avais décidé de m’initier au snowboard, bien que cela ne semble pas être la discipline la plus facile. Pourquoi ? Parce que ça me rappelait le surf, tout simplement ! Et puis, il fallait croire qu'Eun Chae avait eu la même idée que moi, à moins qu'elle ne me suive une fois de plus dans mes folies. 

Une fois arrivée, je m'étais donc extirpée tant bien que mal du télésiège, un pied en dehors de la planche, me dandinant tant bien que mal jusqu'au départ de la piste. Cette dernière semblait bien plus raide d'en haut que d'en bas ! Mais ça ne me découragea pas pour autant. De toute façon, maintenant qu'on était monté, nous étions bien obligées de redescendre, c'était un fait non négligeable. Alors, autant s'amuser ! N'y tenant plus, je m'élançais finalement la tête la première, et un cri s'échappa de mes lèvres, comme lorsque j'étais dans un manège à sensations. Ce n'était pas vraiment de la peur, non, mais plus de l'hystérie. Le vent fouettait mon visage, la neige gênait ma vision et le froid s'insinuait dans tout mes pores mais... Je me sentais vivante ! Tant bien que mal, j'essayais de faire des virages, imitant au mieux les autres snowboardeurs, pour ne pas descendre en pic la pente tout du long. Déjà que je ne savais pas freiner, si en plus je la faisais en mode tête brûlée... J'avais perdue ma meilleure amie dans la foulée, mais je me disais que de toute façon, je la retrouverais bien en bas ! Alors je continuais, m'appliquant du mieux que je le pouvais. 

Vint alors ce passage à mi parcours où beaucoup de novices semblaient s'amonceler sur la piste, échoués ça et là suite, à d'éventuelles gamelles. Un chemin, qui partait d'une autre piste, ramenait apparemment sur la notre et rendait le croisement assez dangereux. Mon premier réflexe fut alors de freiner, mais, ne sachant pas comment m'y prendre, je faillis tomber et rouler en mode boule de neige jusqu'à la fin de la piste. Heureusement, je réussis à reprendre mon équilibre et m'essayais alors au slalom entre les différents obstacles mouvants. A plusieurs reprises, je cru vraiment que j'allais en faucher un, mais par je ne sais quel miracle, je réussis à les éviter tous ! J'allais crier victoire lorsque quelqu'un, sorti de je ne sais où, à pleine vitesse, me passa juste devant. Incapable de l'éviter, mes yeux s'écarquillèrent tandis que je le percutais de plein fouet. Projetée en arrière dans la mêlée, mon pied droit déchaussa et je roulais sur le côté, la neige s'infiltrant dans mes vêtements. "FROIIIIID !" Fut la première chose qui sorti de ma bouche, preuve que j'étais belle et bien vivante. Me relevant en position assise, je vérifiais que je n'avais rien de cassé avant d'essayer de dégager toute cette neige. Enlevant mon masque, je le posais sur mon bonnet avant de chercher du regard celui que j'avais malheureusement percuté. Allongé un peu plus bas, je voulu me relever, mais ce ne fut pas un succès, et j’enchaînais alors sur une seconde gamelle qui me fit néanmoins rouler jusqu'à lui. Ébahie, je ne pu empêcher le rire qui me montait aux lèvres de sortir, avant de me retourner vers mon compagnon d'infortune. "Vous allez bien ?" commençais-je en anglais, ne sachant pas quel langue il parlait, son visage camouflé par son bonnet et son masque. "Je suis vraiment désolé, c'est la première fois que je fais du snow, et... J'ai prit cette piste un peu au pif, peut être aurais-je du chercher un endroit plus plat pour commencer, bien que cela soit moins drôle... Enfin bref, désolé que vous soyez victime de mon coté casse-cou !" S'il ne comprenait pas l'anglais, ce n'étais pas la mer à boire, j’avais plus d'un tour dans mon sac. Si Eun Chae ne parlait que coréen, moi, je parlais parfaitement l'anglais, le japonais et le chinois !


I'm Wild and Free
PERSONNE NE PERD PERSONNE, PARCE QUE PERSONNE NE POSSÈDE PERSONNE. C'EST CELA LA VÉRITABLE EXPÉRIENCE DE LA LIBERTÉ. AVOIR LA CHOSE LA PLUS IMPORTANTE AU MONDE, SANS LA POSSÉDER.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Economie

Popularité :
84 / 10084 / 100

Niveau : Première année
Métier : Chanteur / Étudiant
Age : 21
Messages : 77
Won : 175

MessageSujet: Re: Chaud devant ! La YNU entre en pistes ! [TOUS ~ Event] Jeu 4 Fév - 11:31

Chien de chasse, chassé qui chassera. De l’humain qui suit les empreintes laissés par le prédateur dans la neige, qui sera le plus fin limier ? Assurément pas l’humain à moins de déployer des ailes comme semblait l’avoir fait l’inconnu animal dont les traces disparaissaient soudainement
là où les empreintes de pas et de skis convergeaient en tout sens. N’aurait-ce été qu’un chien fugueur que des maitres auraient fini par récupérer avant qu’il ne provoque un accident sur les pistes, peut-être ?

Quoi qu’il soit, à la finalité, Park Jae-Hwa s’était éloigné du groupe. En se retournant, il s’aperçut que plus aucun étudiant n’entrait dans son champs de vision. Il haussa les épaules. Après tout, tant pis, il n’avait point besoin d’un instructeur et la perspective d’un moment de solitude avec pour seules maitresses la neige et l’adrénaline ne lui déplaisait pas, bien au contraire. Enfant de la foule, de Shanghai à Séoul en passant par Singapour, lui qui était né au milieu des grandes prairies canadiennes, il avait dû s’accoutumer à la furie des grandes villes surpeuplées du continent asiatiques. Ces fourmilières ne le rebutaient pas non plus. Elles étaient empreintes d’une effervescence grisante. Une autre forme d’aventure. Le jeune chanteur aimait la foule également. Il aimait observer les gens et apprendre à comprendre les comportements, et ce, même s’il paraissait complètement à l’ouest et souvent assez peu perspicace. Que voulez-vous, il semblait venir d’une autre planète, mais c’était aussi ce qui faisait son charme. Une particularité que ses fans découvraient peu à peu et vraisemblablement qui ne l’en aimait qu’encore plus.

Et c’était aussi à cause de ce nouveau rapport à la réalité que Park Jae-Hwa avait bien envie de se retrouver un peu seul pour se laisser transporter par la sensation de la glisse le long des pistes de ski. Avoir une communauté de fans qui nous aime et qui nous suit avec autant de fidélité que de ferveur était quelque chose d’assez inexplicable. Inimaginable. Peut-être encore plus pour ce garçon qui n’avait ni une grande estime de lui-même – sans se dénigrer non plus, il ne pensait tout simplement pas à sa personne – et qui devait à prendre à vivre en tenant compte qu’il n’était plus un anonyme parmi la foule. Une nouvelle ligne de conduite de sa vie doit s’écrire. Et du fait de son tempérament naturel, Jae-Hwa fera tout pour continuer à faire plaisir à ses fans, ne pas les blesser, les décevoir. C’était un sacré poids sur les épaules que portaient les célébrités. Il commençait seulement à s’en rendre vraiment compte. Mais aussi incroyable qu’il pouvait s’annoncer, l’avenir ne lui faisait pas peur. Au contraire. Park Jae-Hwa n’était pas du genre à effectuer le moindre pas en arrière. Il avait dans l’intention de se lier peu à peu avec ses fans via les réseaux sociaux. Ce n’était pas une attitude qui lui était spontanée mais il ne devrait pas avoir trop de difficulté à en prendre l’habitude. Le seul bémol provenait du fait que le garçon ne voulait pas que sa notoriété montante puisse avoir de désagréable répercussion sur sa famille. Que ce soit dans le quotidien de ses soeurs ou dans la mise en lumière de la situation de son père. Jae-Hwa redoutait plus que tout une telle révélation dans la presse. Il n’avait pas honte de son père, il ne voulait pas le renier comme son agence lui demandait déjà de faire, mais plus que tout, il craignait que ce coup de massue ne s’abatte sur sa famille. Ni sa mère, ni aucune de ses soeurs ne seraient épargnés dans un tel méandre. Et si par sa faute, les larmes de Sunny et de Hera venaient à couler ? Tels des rocs, si ces deux-là venaient à s’ébranler, la vue de leurs yeux en pleurs seraient sans doute le plus insoutenable spectacle pour leur frère. Bien sûr, il ne voulait pas voir les larmes de Liwei non plus, mais il lui semblait que cette dernière serait la moins affectée et il lui accordait – peut-être à tord – la solidité maternelle de tenir bond quand le bateau vacille. Si douce et fragile paraissait-elle, Liwei n’était-elle pas un des piliers de cette famille recomposée ?

Alors que son esprit vagabondait dans ses pensées, écouteurs dans les oreilles, les remontées mécaniques conduisirent le coréo-canadien vers le haut des pistes. Arrivée à la destination de son choix, ses yeux se posèrent sur des amateurs de snowboard, planche sous le bras. Il n’avait encore jamais essayé mais il se laisserait bien tenter un jour… Enfin, pour le moment, le garçon était muni de skis et comptait bien profiter au maximum de cette première journée sur les pistes de la station Niseko. Ainsi, il s’élança et se laissa transporter avec les sensations de la vitesse et de la glisse.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Section Sciences

Popularité :
35 / 10035 / 100

Niveau : Troisième année à la rentrée de Mars 2016
Métier : Étudiant en Sciences
Age : 22
Messages : 85
Won : 212

MessageSujet: Re: Chaud devant ! La YNU entre en pistes ! [TOUS ~ Event] Jeu 4 Fév - 14:09

Avez-vous déjà connu cette impression de voler dans les airs ? Un instant de zenitude totale. Hwang Hyo Jin le connaissait. Parce qu’il avait déjà sauter en parachute et fait du deltaplane. Mais en cet instant précis, le jeune homme renouait davantage avec la sensation provoqué par un saut à l’élastique dont la finalité ne semble être autre qu’un foudroyant atterrissage mortel sur le sol. Alors certes, sa rencontre avec l’épaisse et compacte couche de neige n’avait rien de mortelle, mais elle n’en fut pas moins particulièrement violente. Vous savez cette sensation lorsque vous ne contrôler plus rien. Vous avez à peine le temps de voir le sol que déjà, il vous flagelle le visage de plein fouet et qu’ensuite tout le reste de votre corps vous entraine dans un roulement sans fin jusqu’enfin, votre cascade parvienne à son terme. Un moment de répit ? Attendez d’essayer de vous relever pour voir si vous êtes encore en un seul morceau !

Un cri retentit jusqu’à ses oreilles. L’esprit embrouillé, Hyo Jin se demanda un instant si ce n’était pas l’hurlement d’un esprit démoniaque l’accueillant en enfer. Ainsi donc on parlait coréen en dans l’au-delà ? « Froid » ? L’enfer n’était pas censé être encore plus brûlant que la lave d’un volcan ? Le Paradis alors ? Non, la température ambiante devrait y être parfaitement adapté au confort du corps humain. Mais peut-on parler de corps humain dans l’au-delà ? Existe-t-il une température idéale pour les âmes ? Et pourquoi se posait-il toutes ses questions alors que des pigments de glace lui gelaient la peau de son visage tels des piques aiguisés la transperçant ? S’il venait d’entendre s’écrier en coréen et qu’il faisait aussi au froid cela signifiait tout simplement qu’il n’était pas mort !

Hyo Jin commença alors à se redresser. À l’instant où il tourna la tête, il vit une torpille rouler droit sur lui. Le garçon n’eut que le temps de rouler un tour sur lui-même afin d’éviter de n’être percuter une seconde fois avec l’objet non-identifié n’arrête sa course juste à côté de lui. Le sino-coréen se redressa une seconde fois. Désormais assis dans la neige, un seul pied encore rattacher à son snowboard, il s’apprêtait à pester en baragouinant lorsqu’il entendit un rire féminin. Son regard incrédule se reporta alors sur son assaillante. Elle avait failli le tuer et elle trouvait ça drôle ? Pire encore ! Il risquait de perdre la course à cause de cette violente rencontre imprévue !

S’il allait bien ? D’un certain point de vue, puisqu’il était toujours vivant, sans doute pouvait-il estimer qu’il s’en sortait bien. Après, son corps était-il entièrement indemne ? Il semblerait. Et son snow…

« Raaaaaaaaaaaaaaah ! s’écria-il soudainement en posant un regard sur son précieux snowboard. Mon snow’ ! Il y a une encoche sur mon snow’ ! »

Le tout accompagné de quelques jurons dans la langue de natale de sa mère. Oui, sous l’influence du caractère bougon de son grand-père maternel supposait-il, Hyo Jin avait assez instinctivement l’habitude de jurer en chinois. En vérité, c’était assez pratique car cette manie lui permettait de râler, voire d’être injurieux sans que la plupart des gens ne le comprenne lorsqu’ils vivaient aux Etats-Unis. Son père, son frère et sa soeur ne connaissaient pas non plus toujours le sens des mots qu’il employait dans ces moments-là. Par contre, lorsqu’un mot de travers lui échappait devant Grand-Père Chang, il avait plutôt intérêt à décamper vite fait s’il ne voulait pas se prendre la rouste de sa vie ! L’intolérance de son aïeul avait été d’autant exacerbé lorsque dans son enfance, Hyo Jin avait eu la subtilité de lui faire remarquer que c’était lui – son grand-père – qui lui avait appris de tels mots.

Il se tourna alors vers la chauffard et commença à rouspéter comme un gamin en anglais puisque vraisemblablement il s’agissait de la langue pratiquée par celle-ci, battant des bras dans la neige après avoir dégager sa bouche de derrière son écharpe :

« Nan mais vous pouvez pas faire attention ! Quand on sait pas faire, on fait pas ! Ou en tout cas, on fait en sorte de ne pas attenter aux autres ! Regardez mon pauvre snowboard, maintenant ! »

Doté d’une souplesse à toute épreuve, le garçon se pencha en avant pour attraper la planche qui gisait à ses pieds. Dans cette position, il y montra l’encoche qui entachait la perfection de l’accessoire et qui n’aurait jamais dû être. Sa réaction pouvait paraître exagéré mais Hyo Jin tenait énormément à son snowboard. Parce qu’il s’agissait d’une création unique notamment orné de décors propre au symbolisme associé à sa personne. Et parce qu’il s’agissait d’un cadeau de son père d’un temps où celui-ci lui manquait à cause de la distance qui les séparait.

Puis, son attention s’arrêta sur le visage de son interlocutrice. À ses traits, il aurait juré qu’elle était coréenne, mais il ne voulait pas tomber dans les préjugés. Un natif de l’Australie pouvait parfaitement avoir des origines est-asiatique. D’autant plus qu’elle venait de s’adresser à lui en anglais. Quant au cri qu’il avait entendu précédemment, peut-être ne fut-ce qu’une hallucination auditive, conséquente du choc de sa chute ? Il siffla ensuite entre ses dents avant de se relever. Il épousseta la neige sur sa combinaison, rechaussa son snowboard, puis râla à nouveau, sinon comme l’eut si bien l’assassine, c’était pas drôle :

« Vous pourriez pas prendre cours avant de vous jeter sur les gens qui veulent glisser tranquillement sans risquer leur vie ? Les homicides involontaires ça coûte cher devant un tribunal ! »

Outre l’ironie qui découlait de ses paroles lorsqu’on connaissait le tempérament de Hyo Jin et son air mécontent qui ne faisait guère jamais peur à grand monde, le sino-coréen tendait néanmoins la main à son assaillante afin de l’aider à se remettre sur pied.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chaud devant ! La YNU entre en pistes ! [TOUS ~ Event]

Revenir en haut Aller en bas

Chaud devant ! La YNU entre en pistes ! [TOUS ~ Event]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» EVGA SR-X Classified, chaud devant !
» [RESOLU] "Symbiose" entre SoftwareZator et site web....
» bonjour a toutes et tous
» Passer un objet devant les autres (ou derrière)
» Décocher tous les radiobutton ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Young-Nae University :: Vers d'autres horizons :: À travers le monde… :: Station - Niseko :: Sur les Pistes-